Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/09/2016

Mon nouveau blog : Pat l'expat à Istanbul

20161203_144519.jpg

 Le nouveau blog : Pat l'expat à Istanbul

 

31/07/2016

El Fin Del Viaje

Voilà, on y est. Quand l'avion s'envolera tout à l'heure, je quitterai définitivement l'Argentine. Y reviendrais-je un jour ? Rien n'est moins sûr, le monde est si vaste et le temps est compté...

Je pense tout de même avoir largement profité des quatre années passées ici, découvrant au fil de mes voyages les merveilleux paysages, la faune et la flore, les populations et leurs traditions, de quinze des vingt-trois provinces argentines.

Enfin, l'occasion étant trop belle, j'en ai bien évidemment profité pour aller me promener alentour, de Rio de Janeiro jusqu'à l'Antarctique en passant par Uyuni, l'Ile de Pâques, Carthagène ou bien encore Atacama et Valparaiso. 

Après ces quatre années, je m'en vais donc avec des souvenirs plein la tête, et je laisse modestement derrière moi ce blog (plus de 350 articles et 5000 photos), ainsi que ces trois petits albums :

 

Souvenirs de Buenos Aires

 

Souvenirs d'Argentine, moitié Nord

 

Souvenirs d'Argentine, moitié Sud

 

Mafalda pat l expat.jpg

 

Profitez-en pour  découvrir cet autre album, un survol de trente années de voyage...

 

 "66 countries later..."

 

 

21/06/2016

Las Vegas

Venez découvrir sur Flickr ce troisième (et dernier) album de mon petit séjour aux USA :

 

"LAS VEGAS"

 

01.JPG

19/06/2016

Balade dans l'Ouest américain...

Je reviens d'un périple de trois semaines dans l'Ouest américain qui m'a permis de découvrir, entre autres, huit parcs nationaux autour de Las Vegas !

09) Mesa Arch, Canyonland 04.JPG

Venez découvrir mes albums photos sur Flickr  : Zion, Bryce Canyon, Capitol Reef, Arches, Mesa Verde, Grand Canyon, Four Corners, Monument Valley, Antelope Canyon, Horseshoe Bend, le Skywalk, etc...

 

Balade dans l'Ouest américain (1)...

 

Balade dans l'Ouest américain (2)...

 

 

30/04/2016

.

4 perito moreno_59.JPG

Découvrez une sélection de mes meilleures photos du sud de l'Argentine dans ce nouvel album Flickr  :

SOUVENIRS D'ARGENTINE (moitié sud)

27/04/2016

Le parcours du Dakar 2017 dévoilé !

Parcours du Dakar 2017.jpg

Les participants du prochain Dakar, le 39e, qui aura lieu du 02 au 14 janvier 2017, auront l'occasion de découvrir un nouveau pays, le Paraguay. Ce dernier sera ainsi le 29e pays visité depuis la création du célèbre rallye raid, et le 5e en Amérique du Sud.

C'est en effet à Asunción, la capitale, que le départ sera donné pour la première étape. Après une brève incursion en Argentine, les 4 étapes suivantes verront les coureurs se battre jusqu'aux berges du Lac Titicaca avant de relâcher une journée à La Paz qui est, avec ses 3600 mètres d'altitude, la capitale la plus haute du monde.

Les six étapes de la seconde semaine de course seront consacrées au retour vers l'Argentine puis, après un passage à Córdoba, c'est comme l'an passé Buenos Aires qui accueillera le podium d'arrivée.

21/04/2016

.

à Santa Catalina - El Angosto_07.JPG

Découvrez une sélection de mes meilleures photos du nord de l'Argentine sur ce nouvel album Flickr  :

SOUVENIRS D'ARGENTINE (moitié nord)

à Santa Catalina - El Angosto_07 - Copie.JPG

03:14 Publié dans Souvenirs | Lien permanent | Commentaires (0)

17/04/2016

Souvenirs : Les mystérieux menhirs d'el Mollar

Le Parc des Menhirs_07.JPG

Retrouvez (ICI) ce post de mars 2014

15:43 Publié dans Souvenirs | Lien permanent | Commentaires (0)

16/04/2016

Souvenirs : Iruya

Iruya_19.JPG

Quelque part entre Humahuaca et Abra Pampa, la RP13, toute en ripio, s'enfonce dans la montagne. Après presque deux heures d'une route riche d'interminables lacets (praticable en saison sèche avec un simple véhicule de tourisme), on découvre enfin Iruya, lovée au creux de la vallée...

Redécouvrez (ICI) ce post d'août 2013

15/04/2016

Souvenirs : La Route des sept lacs, au printemps !

De san Martin à Bariloche 03.JPG

Je dois bien avouer qu'en cette fin de printemps je ne m'attendais pas à trouver un temps si..., comment dire, instable, pour mon séjour entre Bariloche et San Martin de los Andes.

Mais il en va souvent comme cela en Patagonie et il faut savoir être patient...

Redécouvrez (ICI) ce post de novembre 2014

14/04/2016

Souvenirs : La Colline au sept couleurs

purmamarca .jpg

Retrouver (ICI) ma visite à Purmamarca en août 2013

12/04/2016

Souvenirs : Le Fitz Roy à El Chaltèn

el chalten_2.JPG

Un moment magique lors du trek "des Trois Lacs", à El Chaltèn...

Redécouvrez (ICI) ce post de novembre 2013

10/04/2016

Souvenirs : Le Parc National de la Terre de Feu

Parc national Tierra del FuegoJPG.jpg

La découverte du Parc national "Tierra del Fuego" et d'Ushuaïa furent, en janvier 2015, le plus merveilleux prélude pour mon grand voyage en Antarctique...

09/04/2016

Souvenirs : Nandou en Péninsule Valdès

Nandou.jpg

Ce sont bien évidemment les baleines franches australes qui attirent les visiteurs en Péninsule Valdès : puis viennent ensuite les incontournables lions et éléphants de mer et bien entendu les manchots de Magellan.

La péninsule accueille pourtant bien d'autres animaux, terrestres ceux-là, comme les guanacos, les maras (lièvres de Patagonie), les renards gris, les moufettes (genre de putois), les tatous, et comme ici, les nandous de Darwin.

Redécouvrez (ICI) mes posts sur la Péninsule Valdès

07/04/2016

Souvenirs : Les Chutes d'Iguazú

11) Iguazu.jpg

Redécouvrez (ICI) les posts de ma visite au Chutes d'Iguazú, en juin 2013

06/04/2016

Souvenirs : le Parc d'Ischigualasto

07) Parc Ischigualasto.JPG

Ischigualasto ("endroit où se pose la lune"), est un parc provincial de la province de San Juan, voisin de celui de Talampaya. On l’appelle aussi, plus simplement "Vallée de la Lune"...

Redécouvrez (ICI) ce post de mars 2014

00:34 Publié dans Souvenirs | Lien permanent | Commentaires (0)

04/04/2016

Souvenirs : Santa Catalina

Santa Catalina.JPG

Santa Catalina est la ville la plus au nord de l'Argentine, quelque part à 70 km à l'est de La Quiaca. Quand je m'y suis rendu cet hiver là, j'ai même poussé jusqu'au petit village d'El Angosto, localité encore plus au nord, 10 km avant la frontière Bolivienne.

Visiter Santa Catalina et El Angosto, c'est échapper à coup sûr aux circuits classiques : ici pas d'hôtels, de restaurants, et surtout pas de magasins pour touristes pour la bonne raison qu'il n'en vient pour ainsi dire jamais...

Redécouvrez (ICI et LA) ces deux posts d'août 2013

02/04/2016

Souvenirs : Randos autour d'El Chaltèn

El Chalten.JPG

Redécouvrez (ICI et LA) ces posts de novembre 2012

31/03/2016

Souvenirs : La Quebrada de las Conchas

quebrada las conchas argentina.JPG

La sublime Quebrada de las Conchas commence à une dizaine de kilomètres de Cafayate, sur la route 68 qui mène jusqu'à Salta "la linda"...

Redécouvrez (ICI) ce post d'octobre 2013

20/03/2016

Carthagène des Indes (4) : Playa Blanca

Playa blanca 01.JPG

Playa Blanca, Février 2016

Playa blanca 02.JPG

Playa blanca 03.JPG

Playa blanca 04.jpg

Playa blanca 05.jpg

Courage, fuyons !

Rien de plus normal, quand on passe quelques jours à Carthagène (où le sable gris est loin de faire rêver), que de vouloir aller découvrir les jolies plages de l'Archipel du Rosaire, à une bonne trentaine de kilomètres à vol d'oiseau plus au sud.

Échaudé par ce que l'on peut trouver comme informations sur internet, j'avais décidé de ne pas faire le trajet en bateau (qui inclut généralement la visite du parc océanographique, très moyen paraît-il, ainsi qu'un déjeuner semble t-il tout aussi moyen) , mais de me rendre directement en bus à Playa Blanca.

En effet, si quelques privilégiés ont accès à des plages (voir des îles) privatisées par des hôtels de luxe (ou pas), plus de 90% de touristes échouent inexorablement sur la presqu'île de Barú, et plus précisément à Playa Blanca et ses deux kilomètres de sable blanc (comme son nom l'indique)...

Malheureusement, cette très jolie plage est plus que victime de son succès, et l'image paradisiaque de la Caraïbe en prend un coup : à 9h elle est déserte ; à 12 h, c'est la bousculade et à 16h tout le monde est parti !!! (seuls échappent à ce cycle infernal les quelques "sac-à-dos" qui décident de passer la nuit dans des cabanes de fortune).

Alors, allez-y !, surtout si vous avez une journée à perdre :)

Playa blanca 06.JPG

Playa blanca 07.JPG

Playa blanca 08.jpg

Playa blanca 09.JPG

Playa Blanca, février 2016

Playa blanca 11.JPG

Playa blanca 10.JPG

Playa blanca 12.JPG

Les autres posts :

Carthagène des Indes 1 : Histoire et fortifications

Carthagène des Indes 2 : La vieille ville et le quartier de Getsemani

Carthagène de Indes 3 : Le Fort San Felipe

16/03/2016

Carthagène des Indes (3) : le Château de San Felipe de Barajas

cartagene des indes 01.JPG

Le Castillo San Felipe, Carthagène, février 2016

cartagene des indes 02.JPG

cartagene des indes 03.JPG

cartagene des indes 04.JPG

cartagene des indes 05.JPG

Le "Castillo de San Felipe" n'a bien évidemment rien d'un château, mais tout d'une impressionnante forteresse inexpugnable. D'ailleurs, pour faire court, c'est tout simplement le plus important ouvrage militaire édifié par les espagnols sur le continent américain à l'époque coloniale !

Le premier fort fut construit dès 1536 sur la colline Saint Lazare, puis reconstruit en 1657 et enfin renforcé au milieu du 18e siècle. Situé à moins de 500 mètres des murailles de Getsemani, on pouvait sans difficulté y contrôler tous les accès à la ville, qu'ils fussent terrestre ou maritimes... Cela n'a pourtant pas empêché, soit dit en passant, le français De Pointis, baron de son état, de s'emparer de la forteresse en 1697 !

C'est au 18e siècle que la forteresse, longue de 300 mètres, sera très largement remaniée et dotée de grande salles (où ont eu lieu quelques sommets internationaux), mais aussi d'un labyrinthe de souterrains permettant l'évacuation du fort en cas de prise par l'ennemi.

Le Castillo de San Felipe a, tout comme la vieille ville de Carthagène, été inscrit par l'Unesco en 1984 sur la liste du Patrimoine de l'humanité.

cartagene des indes 06.JPG

cartagene des indes 07.JPG

cartagene des indes 08.JPG

Le Castillo San Felipe, Carthagène, février 2016

cartagene des indes 09.JPG

cartagene des indes 10.JPG

Les autres posts :

Carthagène des Indes 1 : Histoire et fortifications

Carthagène des Indes 2 : La vieille ville et le quartier de Getsemani

Carthagène de Indes 4 : Playa blanca

13/03/2016

Carthagène des Indes (2) : la Vieille ville et le quartier de Getsemani

carthagene des indes 02.JPG

Passé la Tour de l'Horloge, le visiteur tombe sur une grande place dégagée, la "Plaza de las Coches".

carthagene des indes 04.JPG

A quelques mètres de là, on trouve la "Plaza de la Aduana (de la douane), deux fois plus grande, qui ouvre sur le réseau de ruelles de la vieille ville...

carthagene des indes 08.jpg

carthagene des indes 11.JPG

Ce sera probablement un divorce à l'amiable.

Mais après des années de collaboration (!) avec la plateforme BlogSpirit, je dois bien avouer que j'en ai ma claque. Il faut dire qu'il y 10 ans, les choses étaient bien différentes, et la taille des photos étaient le cauchemar des hébergeurs. Si beaucoup de sites ont évolués avec le temps et se sont bien améliorés, Blogspirit s'est avéré, depuis le début, un "abimeur" d'image. J'ai alors louvoyé, en téléchargeant par exemple mes photos sur ImageShack (à l'époque de "pat l'expat au Caire) qui, un jour, ont toutes disparues !

Un autre temps, j'ai créé des albums sur Yamaphoto (non mais !, quel nom ridicule !) et mes 2000 photos d'Egype et du Soudan y sont encore alors que je n'ai jamais déboursé un centime ! (voir ICI).

Quoi qu'il en soit,  Blogspirit n'a pratiquement pas évolué en 10 ans et vit maintenant d'une paisible rente (je le soupçonne même de compressé encore plus qu'avant les images pour encore gagner un peu de place et surtout plus d'argent).

Je ne suis malheureusement pourtant pas sûr de mettre un terme brutal au contrat qui nous lie, au risque de perdre des heures et de des heures de travail et de partage...

De toute façon "pat l'expat à Buenos Aires", en tant que tel, est appelé à disparaitre puisque je quitterai la terre des gauchos dans maintenant moins de 5 mois !

Mais revenons à Carthagène, qui se découvre justement autant en image que par les mots (et ma présentation dans le poste précédent - voir ICI- est de fait largement suffisante).

J'ai réactivé à l'occasion mon compte FLICKR où vous pourrez découvrir (ICI) quelques images supplémentaires, et bien évidemment colorées, de cette perle des Caraïbes...

carthagene des indes 15.JPG

 Carthagène des Indes, février 2016

carthagene des indes 26.JPG

carthagene des indes 28.JPG

 Carthagène des Indes, février 2016

carthagene des indes 28a.jpg

carthagene des indes 29.JPG

"Le" Botero de Cartagena

carthagene des indes 50.jpg

Les autres posts :

Cartagène des Indes 1 : Histoire et fortifications

Cartagène des Indes 3 : Le Fort San Felipe

Carthagène des Indes 4 : Playa Blanca

03/03/2016

Carthagène des Indes (1) : Les fortifications

carthagene des indes 01.JPG

Le monument "Noli Me Tangere" ("Ne me touchez pas !", hommage à tous les combattants qui périrent afin de protéger la cité) semble vouloir prendre sous sa protection la Tour de L'Horloge qui est depuis l'origine l'entrée principale de la vieille ville...

carthagene des indes 02.JPG

(Cartagena, février 2016)

carthagene des indes 03.JPG

A l'abri des murailles, l'église San Pedro Claver...

carthagene des indes 04.jpg

Carthagène des Indes (Cartagena de Indias) est, avec son million d'habitant, la sixième ville de Colombie.

carthagene des indes 05.JPG

carthagene des indes 06.JPG

Carthagène des Indes, que les murailles ont protégé du temps, est sans nul doute l'une des plus belles cités coloniales d'Amérique du Sud. Fondée en 1533, c'est également l'une des plus anciennes.

Les vingt premières années suivant la "découverte des Amériques", les petites colonies espagnoles restèrent concentrées sur les îles Caraïbes, principalement Cuba et Hispaniola (aujourd’hui partagée entre Haïti et Saint-Domingue). C'est entre 1492 à 1504 que Colomb entreprendra ces quatre voyages.

Mais les richesses (surtout l'or) commencent à se raréfier et certains voient déjà un peu plus loin...

C'est à 180km au nord de Carthagène que s'établira en 1510 la première colonie espagnole sur le  continent : Santa Marta, officiellement fondée en 1525, est à ce jour la plus ancienne ville (non indienne) d'Amérique du Sud.

Porté par des rêves d'or, de découvertes et de puissance, ces premières années du siècle connaissent une incroyable effervescence : Magellan découvre en 1420 le détroit qui porte son nom, Cortès conquiert l'empire aztèque à partir de 1519 et fonde Mexico en 1521 (sur les ruines fumantes de Tenochtitlan) ; Pizarro, lui, s'attaque à l'empire inca en 1531 et fonde Lima en 1535 ; puis ce sera le tour de Cali en 1536, d'Asunción en 1537, de Sucre et Bogotá en 1538, Potosí en 1545, La Paz en 1548, et tant d'autres...... Les nouvelles cités poussent comme des champignons !

La Couronne d’Espagne, devant l'immensité de ces nouveaux territoires (et de peur que les conquistadors ne se servent un peu trop en passant !) crée dans la foulée la vice-royauté de Nouvelle Espagne en 1525, celle de Nouvelle Grenade en 1538 et enfin celle du Pérou en 1542.

De l'autre côté du continent, les portugais commence dès 1500 à coloniser le Brésil.

Les cinquante premières années de ce 16e siècle, en Amérique, furent fulgurantes, et souvent effrayantes. L'or et l'argent, mêlé au sang de millions d'indiens exterminés et d'esclaves noirs déportés, redistribua le pouvoir au cœur de l'Europe et changea à tout jamais la face du monde...

Mais je m'égare, et revenons à Carthagène, puissant bastion donc, de cette couronne espagnole pendant près de trois cents ans ans, et devenue un incontournable centre aussi bien politique qu'économique : il faut dire que la ville était le point de transit d'une grande partie de l'or soustrait aux aztèques et aux incas, mais également l'un des  centres les plus importants des traites négrières...

carthagene des indes 07.JPG

En arrière plan, les tours du quartier de Bocagrande

carthagene des indes 08.JPG

L'église San Pedro Claver, depuis l'Esplanade des Martyres

carthagene des indes 09.jpg

Les contours de la Vieille ville, délimités par les fortifications, n'ont pratiquement pas changé depuis près de 3 siècles (cette carte date de 1735). Seul l'espace lagunaire et marécageux entre les deux principaux quartiers s'est lentement développé à partir de la fin du 19e siècle ; le style y est évidemment moins "colonial" et l'on trouve même quelques immeubles "modernes", heureusement pas très haut !

carthagene des indes 11.JPG

Ces trois chevaux ailés (Los Pegasos) ont remplacé en 1992 d'autres sculptures mal en point. Ils dominent la partie du port dévolu au tourisme "de masse". C'est en effet d'ici que partent chaque matin des centaines de touristes à la découverte des iles alentours...

carthagene des indes 10.JPG

 Une des nombreuses entrées du Parque Centenario qui, en quelque sorte, sépare la "Vieille ville" et le quartier de Getsemani...

carthagene des indes 12.jpg

Deux charmantes fontaines en marbre de Carrare complètent la statuaire de cette Esplanade des Martyres (Camellón de los Mártires).

 carthagene des indes 13.JPG

carthagene des indes 15.JPG

L'ouvrage militaire de Las Bovedas ("les arches", qui sont au nombre de 47), fut construit à partir de 1789 afin d'y loger des troupes au plus près des murailles. C'est aujourd’hui le plus grand marché artisanal de Carthagène.

carthagene des indes 14.JPG

(Cartagena, février 2016)

carthagene des indes 16.JPG

carthagene des indes 17.JPG

Les fortifications du côté de Getsemani et, au loin, les tours de Bocagrande...

Les autres posts :

Carthagène des Indes 2 : La vieille ville et Getsemani

Carthagène des Indes 3 : Le Fort San Felipe

Carthagène des Indes 4 : Playa Blanca

01/03/2016

Envie d'un trek en Amazonie ?

Amazonie bolivienne.jpg

Souvenir de mon fabuleux voyage au Pérou et en Bolivie en 2009

 

Petit coup de pouce à un compatriote vivant à Buenos Aires qui a décidé l'an passé de tout plaquer pour s'investir à fond dans un projet qui concilierait à la fois le trek et la jungle, ses deux passions. La suite sur :

Gayatrek.com

(son blog) (sa page facebook)

 

perou_0690.jpg

26/02/2016

Visite d'État en Argentine de François Hollande ; Réception en l'honneur de la communauté française au lycée Franco-Argentin Jean Mermoz

hollande buenos aires mermoz 01.jpg

hollande buenos aires mermoz 02.jpg

2016-02-25 09.35.27.jpg

20 projos, un coup d'aspirateur...

hollande buenos aires mermoz 04.JPG

25 février 2016

hollande buenos aires mermoz 03.JPG

Toujours le même plaisir de participer à une visite officielle ; de connaître un endroit désert, et puis d'un coup rempli de centaines d'invités... 

hollande buenos aires mermoz 05.jpg

25 février 2016

hollande buenos aires mermoz 06.JPG

hollande buenos aires mermoz 07.JPG

La Marseillaise chantée par la chorale du lycée

hollande buenos aires mermoz 08.JPG

The traditionnel bain de foule...

hollande buenos aires mermoz 09.jpg

The cocktail....

hollande buenos aires mermoz 10.JPG

Le tout sous l’œil efficace et avisé (et, avouons le, plutôt sympathique, du GSPR...)

hollande buenos aires mermoz 11.JPG

24/02/2016

Visite d'État du Président François Hollande en Argentine : 12 minutes chrono Plaza San Martin

3.jpg

Buenos Aires, 24 février 2016

2.jpg

L'A330 présidentiel étant resté cloué au sol à Lima, François Hollande est arrivé à Buenos Aires en Falcon 7X, le tri réacteur de "secours". (Photos François BdL)

1.jpg

 

Aussitôt atterri à Buenos Aires, ce 24 février 2016, le Président Hollande s'est rendu Plaza San Martin, où il s'est vu remettre les clés de la ville par le nouveau Chef de gouvernement de Buenos Aires, Horacio Larreta.

La cérémonie sera suivie par rencontre avec le Président Macri et un dîner d’État à la Casa Rosada.

La journée du 25 commencera par un hommage aux victimes de la dictature, au Parc de la Mémoire, où il rencontrera la présidente des «Grands-mères de la Place de Mai», Estela Carlotto. Cette cérémonie sera suivi d'une allocution au Pôle scientifique et technologique, dans le cadre du Forum sur la coopération scientifique et éducative franco-argentine.

Après une brève visite, avec le président Macri, à la Bombonera (le stade de l'équipe Boca Juniors dont Mauricio Macri fut le président de 1996 à 2008) et une rencontre avec des personnalités du monde culturel, un déjeuner aura lieu à l'Ambassade de France et réunira des dirigeants d’entreprise argentins et français.

La visite d'état se conclura par une réception en l'honneur de la communauté française, au lycée franco-argentin Jean Mermoz.

 

 

La cérémonie Plaza San Martin n'a duré que 12 minutes (vous remarquerez que l’Hymne argentin -à partir de 1,30- dure 3,20 min contre seulement 1 min pour la Marseillaise :)

P1110041.JPG

18/01/2016

De nouveaux billets en 2016 et 2017 : exit les Généraux

nuevo billete 500 pesos argentina.jpg

nuevo billete 500 pesos argentina.jpg

nuevo billete 500 pesos argentina b .jpg

 

Comme annoncé durant sa campagne par Mauricio Macri, le nouveau gouvernement va, à partir de juin prochain mettre en circulation de nouvelles coupures de 200 et 500 pesos.

Le Président Macri a par ailleurs également décidé de renouveler, dès 2017, les actuels billets de 100, 50 et 20 pesos. Seul le billet de 10 pesos resterait un temps en circulation, alors que seront frappées de nouvelles pièces de monnaies de 10 et 5 pesos.

Cela sera, en soit, une double révolution dans le quotidien des Argentins.

En effet, jusqu’à présent, la plus grosse coupure disponible en Argentine était celle de 100 pesos (soit environ 14 euros), totalement en inéquation avec l'inflation qui sévit depuis plusieurs années et qui a toujours été minimisée par le gouvernement précédent, au point d'émettre en 2012 une nouvelle version du billet de 100 au lieu d'une de 200 pesos, ce qui aurait été, déjà à l'époque, plus judicieux !

 

nuevo billete 200 pesos argentina.jpg

On trouvera au verso des nouveaux billets une carte d'Argentine où seront indiqués les aires de répartition de chacune des espèces...

nuevo billete 200 pesos argentina b.jpg

 

La deuxième révolution, plus "macricienne" celle-là, est d'en finir radicalement avec les représentations patriotiques, militaires ou politiques (en un mot : "historiques") qui figurent depuis des décennies sur les coupures argentines. (rappelons en passant qu'en à peine deux ans, Cristina Kirchner, à grand renfort de publicité, a offert aux Argentins un nouveau billet de 100 pesos dédié à Evita Perón et un de 50 pesos célébrant la revendication des Malouines (on oubliera la ridicule nouvelle version du billet de 5 pesos à l’effigie du Généralissime San Martin).

Exit les militaires Mitre, San Martin, Belgrano, de Rosas ou Roca (dont 3 furent également Présidents de la République), qui par leurs actions sont aujourd'hui loin de tous faire l'unanimité.

Sarmineto, le seul "civil" de la bande (sur le billet de 50 pesos) n'est lui non plus, soit dit en passant, pas exempt de tout reproche !

Exit donc les militaires et bienvenue à une vision plus apaisée qui, à défaut de représenter l'histoire des Argentins, permettra, dixit le gouvernement, "de mettre en valeur la nature généreuse qu'abrite l'Argentine et souligner l'importance de la préservation et de la promotion de cette biodiversité".

 Sans titre 2.jpg

A tout seigneur tout honneur, c'est le Yaguarete (panthera onca - jaguar) qui apparaitra sur le nouveau billet de 500 pesos. Les estimations les plus optimistes évaluent en effet à 250 individus la population maximum de jaguar en Argentine, qui se repartirait tout au nord du pays, entre Misiones et les yungas à l'est de la province de Salta.

Pour le billet de 200 pesos, c'est la ballena franca austral (Eubalaena australis - baleine franche australe), qui représentera les côtes patagoniennes. Ce sont ces baleines que l'on peut observer à loisir, de septembre à novembre, au large de la Péninsule Valdès.

 

Sans titre 1.jpg

 

Suivrons en 2017 un nouveau billet de 100 pesos qui représentera le taruca, (Hippocamelus antisensis), un petit cervidé que l'on rencontre (assez rarement, il faut le dire) à l’extrême nord ouest de l'Argentine, un billet de 50 pesos à l'image d'un condor des Andes (vultur gryphus) et enfin un billet de 20 pesos où le guanaco (lama guanicoe), ce joli petit camélidé sauvage que l'on rencontre dans de nombreuses régions d'Argentine, tiendra la vedette.

 

 09.jpg

 

Enfin, toujours selon le gouvernement, un billet de 1000 pesos devrait également voir le jour en 2017. Il représenterait un hornero común (Furnarius rufus - fournier roux), petit passereau très répandu dans le pays et qui est également, eh oui !, l'un des quatre symboles officiels de l'Argentine, avec le drapeau, la fleur du ceibo et la rhodochrosite, un minéral à dominante rose-rouge.

17/01/2016

Dakar 2016, le podium final !

Cette 38e édition du Dakar s'est achevée aujourd'hui à Rosario, après une 13e et dernière étape (700 km dont 180 de spéciale) où les prétendants au podium se sont assurés de conforter leur place. Résultat des courses, ce sont comme prévu Peterhansel, Price, Patronelli et De Rooy qui montent ce soir sur la plus haute marche.

31) Peterhansel.JPG

Stéphane Peterhansel, sur Peugeot, signe son sixième succès dans la catégorie auto, égalisant ainsi son nombre de victoires remportées à moto. Avec donc aujourd’hui 12 succès au compteur, « Peter » demeure plus que jamais le roi du Dakar. Après une première semaine étincelante et une seconde très très compliquée (sans compter le Dakar de l'an dernier assez consternant), Peugeot (avec sa 2008 DKR) renoue avec la victoire et décroche enfin la plus haute marche du podium, 26 ans après celle obtenu en 1990 par Ari Vatanen !

Al-Attiyah, vainqueur l'an passé, arrive ce soir second au général, après une course très bien maîtrisée ; faut dire qu'il participait cette année à son 12e Dakar et qu'il ne manque pas d'expérience. Un temps bluffé par une première semaine "spéciale Peugeot", le qatari a su attendre patiemment son heure.

Le sud-africain De Villiers, un habitué lui aussi du Dakar (c'était sa 13e participation), a de nouveau prouvé son expérience et offre à Toyota la troisième marche du podium.

Sébastien Loeb, qui avait dominé la première semaine de course, termine aujourd'hui premier de l'étape, une belle façon de montrer qu'il faudra dorénavant compter avec lui. Si ce sont les étapes de lundi et de mardi qui lui ont été fatales (beaucoup de hors-piste), il ne faut pas oublier que c'était la première participation du nonuple champion du monde de rallye à cette course mythique ; un peu donc comme un apprentissage. Il termine 9e au général, alors que Despres, lui aussi sur une 2008 DKR Peugeot, termine 7e...

32 Toby PRICE.JPG

Toby Price, sur KTM, a marqué cette course par une incroyable régularité. Pratiquement sur chaque podium depuis le début de l'épreuve, l'australien, dont c'était seulement la seconde participation au Dakar, accède à la première place et offre aussi à l’Australie son premier succès sur le Dakar. Le constructeur autrichien KTM a sans doute trouvé là un digne successeur à l'espagnol Marc Coma qui a gagné la course en 2009, 2011, 2013, ainsi que l'an dernier.

Le slovaque Svitko (6 participation au Dakar), 9e en 2014 et 5e l'an passé continue sa régulière ascension, et offre à KTM une seconde place sur le podium.

Beaucoup moins régulier, mais diablement efficace, le chilien Quintanilla (Husqvarna) monte sur la troisième marche du podium, devant l'argentin Benavides et le portugais Rodrigues.

Notons enfin les très bonnes courses de deux jeunes français dont c'était la première participation au Dakar : Adrien Van Beveren (Yamaha), 25 ans, qui termine 6e au général et Antoine Méo (KTM), 31 ans, qui termine 7e. Ce dernier, plutôt malchanceux (et pourtant vainqueur de 2 étapes), était encore troisième au général il y 2 jours ; c'est en partie pour s'être sacrifié pour le leader de KTM (le dakar reste une course d'écurie !) qu'il a perdu toutes ses chances de monter sur le podium cette année.

Alejandro et Carlos PATRONELLI.JPG

Que dire des frères Patronelli qui ont survolé cette course et arrivent ce soir près d'une 1h40 devant le troisième, le sud-africain Baragnawath. Les deux argentins cumulent aujourd'hui à eux deux 9 podiums d'arrivée depuis 2009. C'est Marcos qui monte cette année, et pour la troisième fois, sur la plus haute marche du podium.

Côté constructeur, pas de souci : on retrouve 5 Yamaha aux cinq premières places !

33 DE ROOY.JPG

Le néerlandais De Rooy, qui a lui aussi survolé la course (enfin si l'on peut dire, vu le poids du camion !), arrive avec plus d'une heure d'avance sur le russe Mardeev (KAMAZ).

Il faut dire que la team De Rooy - IVECO avait aligné au départ pas moins de 5 camions et une équipe de 52 personnes ! Résulat des courses : 3 camions De Rooy - IVECO aux cinq premières places cette année, de quoi faire oublier l'insolente suprématie des KAMAZ qui, l'an dernier, s'étaient accaparés les 3 premières places du podium...        

18:19 Publié dans Dakar 2016 | Lien permanent | Commentaires (0)

16/01/2016

Dakar 2016, 12e étape : San Juan - Villa Carlos Paz

28 étape 12.JPG

Peterhansel et Loeb, 15 janvier 2016

 

Malgré une très longue étape (931 km dont 481 de spéciale) les favoris d'hier conservent leur premières places et sont maintenant assurés, sauf pépin très grave, d'accéder à la plus haute marche du podium.

01.jpg

Toby Price, qui arrive 2e de l'étape (à seulement 4 minutes derrière le portugais Rodriguez) a maintenant 37 minutes d'avance au général sur ses suiveurs et n'est plus qu'à une journée d'offrir à l'Australie sa première victoire au Dakar !

Le français Antoine Méo, qui s'était aujourd'hui "sacrifié" pour accompagner Price, son "leader" (et pas son lider Price !), a méchamment chu, 20km avant la ligne d'arrivée ; il termine 23e de l'étape, redescend 6e au général et perd toute chance de monter sur le podium.

Le slovaque Svitko, 4e de l'étape et 36 minutes derrière Price montera probablement demain soir sur la seconde marche du podium. Quant à la 3e place, elle devrait se jouer entre le chilien Quintanilla, l'argentin Benavides et le portugais Rodriguez, qui ont à peu de chose près les même chronos...

01.jpg

Al-Attiyah et De Villiers font une très bonne course, de quoi grappiller quelques minutes au général, puisqu'à l'inverse, Peterhansel n'arrive que 10e de l'étape (derrière Loeb et Despres) et perd 11 minutes au général.

La Peugeot du français à tout de même encore 41 minutes d'avance sur la Mini d'Al-Attiyah et Stéphane Peterhansel est en passe d'aller décrocher demain sa 6e victoire "auto" dans le Dakar (car il ne faut pas oublier qu'avant 1999, il déjà fut 7 fois vainqueur dans la catégorie moto !).

Le qatari Al-Attiyah, vainqueur l'an passé, vise donc la seconde place du podium, alors que la troisième place devrait se jouer entre De Villiers et Hirvonen, le finlandais vainqueur de l'étape d'aujourd'hui.

01.jpg

Un Patronelli est de nouveau vainqueur de l'étape ce soir (il s'agit de Marcos ; Alejandro n'arrivant que 8e). Demain ce sera donc la consécration pour les deux champions argentins qui ont survolé la compétition et devancent leurs suiveurs de près de deux heure ! De quoi rajouter 2 podiums aux 7 qu'ils ont déjà gagné depuis 2009 !

01.jpg

Le néerlandais De Rooy arrive 5e de l'étape et perd 5 misérables minutes, ce qui ne rique pas de l'inquieter : il a encore en effet pas moins d'1h13 d'avance au général sur le second, le russe Mardeev. On pourrait avoir deux IVECO demain sur le podium, ce qui changerait des trois KAMAZ de l'an dernier...

 

Peterhansel, 15 janvier 2016

29 étape 12JPG.JPG

 Et les photos proviennent évidemment d'Internet, car j'ai un travail, quoiqu'en pensent certains :)

14:39 Publié dans Dakar 2016 | Lien permanent | Commentaires (0)

15/01/2016

Dakar 2016, 11e étape : La Rioja - San Juan

26 étape 11.JPG

14 janvier 2016

L'étape d'aujourd'hui menait les concurrents de La Rioja à San Juan sur 712 km dont 431 de spéciale. Beaucoup de hors-piste, des graviers, et surtout beaucoup de fesh-fesh, ce sable volatile qui est à la fois la hantise des coureurs et des moteurs !

Les premiers au général calment leurs ardeurs et vont maintenant tenter de maintenir le rythme sans rien cassé pour s'assurer la plus haute marche du podium. Pour les seconds et les troisièmes (et bien entendu leurs proches suiveurs) la bataille continue, et tout peut encore se passer au cours des deux dernières étapes.

01.jpg

C'est ainsi que Peterhansel a préféré laisser filer Al-Attiyah, qui gagne l'étape, et perdre 9 petites minutes. Loeb arrive second. Au général pas de grands changements : Stéphane Peterhansel (Peugeot) est toujours premier et Al-Attiyah (Mini) second, 50 minutes derrière. Le sud-africain De Villiers (Toyota) est 3e, Despres et Loeb respectivement 7e et 9e.

Notons que Carlos Sainz, dont la Peugeot avait hier beaucoup souffert, n'était ce matin pas au départ...

01.jpg

Le français Antoine Méo fait une très belle course aujourd'hui et vient arracher la victoire de l'étape ; un succès lui permettant ce soir, et pour la première fois, d'atteindre la troisième place du général. L'australien Toby Price a su gérer sa course ; il arrive second et garde le leadership de la course avec au général 35 minutes d'avance sur Svitko, qui lui n'est plus tout aussi assuré de se retrouver sur le podium à Rosario.

01.jpg

Les fréres Patronelli ont encore assuré et montent de nouveau ce soir sur le podium. Si le sud-africain Baragwanath vient rafler la seconde place, il reste très loin au général à plus d'1h40 des deux argentins. Pour la petite histoire, Alejandro n'est plus qu'à 8 secondes de son petit frère Marcos !

01.jpg

Catégorie camion, toujours le néerlandais De Rooy en tête, à plus d'une heure du second, le Russe Mardeev.

Sur les 345 véhicules au départ de la compétition, 113 manquent ce soir à l'appel...

27 étape 11.JPG

 Et les photos proviennent évidemment d'Internet, car j'ai un travail, quoiqu'en pensent certains :)

00:04 Publié dans Dakar 2016 | Lien permanent | Commentaires (0)