Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/04/2015

Le Palacio Paz

Palacio Paz 01.JPG

La façade, sur la Plaza San Martin, et la monumentale entrée du Palacio Paz

Palacio Paz 02.jpg

L'escalier de marbre et de bronze mène au vestibule d'honneur

Palacio Paz 03.JPG

Une sculpture en marbre de Carrare du Français Raoul-François Larche, "La Vendange" (placée aujourd'hui sous l'escalier qui mène aux étages), accueillait le visiteur.

Depuis que le palais est le siège du Cercle militaire, elle a été remplacée par un portrait ainsi par une réplique du sabre du Général San Martin...

Palacio Paz 04.jpg

(Palacio Paz, Avril 2015)

Palacio Paz 05.JPG

Le vestibule dessert sur la droite le long couloir renaissance qui mène à la grande salle d'honneur, et sur la gauche l'enfilade de salons qui donnent sur la Place San Martin, à commencer par l'antichambre...

Palacio Paz 06.jpg

Palacio Paz 09.JPG

La salle de bal, grande de près de 150m², est inspirée de la galerie des glaces de Versailles et recouverte de boiseries aux motifs dorés à la feuille d'or. Une estrade accueillait les musiciens qui faisaient danser les invités au son des dernières musiques à la mode. Tout ici respire le luxe aristocratique, des sols superbement marquetés jusqu'au lustres en bronze et cristal de Baccarat.

 
Palacio Paz 08.JPG

Palacio Paz 07.JPG

C'est à José Camilo Paz, riche propriétaire terrien (descendant d'une des plus anciennes familles du temps de la conquête espagnole), journaliste (fondateur en 1869 du journal La Prensa, le quotidien le plus important d'Argentine jusque dans les années 1940), homme politique (qui visait certainement la plus haute charge du pays) et diplomate (il fut ambassadeur à Paris de 1885 à 1893), que l'on doit la construction de ce qui fut (et sans doute reste) la plus grande résidence privée d'Argentine.

Avec 12 000², 140 pièces (et 7 ascenseurs), son grand jardin d'hiver, ses écuries, son garage, etc.., José Camilo avait vu grand, et cela juste pour y loger sa petite famille! (bon, d'accord! il y avait aussi les 70 à 80 employés de maison nécessaire pour faire fonctionner et reluire le tout!)

C'est lors d'un voyage à Paris en 1900 qu'il charge l'architecte Louis-Marie Henri Sortais de lui dessiner les plans de son futur palais. fasciné par la culture française, il ne recule devant aucune dépense pour recréer à Buenos Aires son rêve d'excellence. La plupart des matériaux (boiseries, parquets, ferronneries, bronzes, lustres, mobilier, sculptures, etc...) proviendront directement de France (mais aussi d'Italie pour les marbres) où ils seront préalablement taillés, ciselés, sculptés, fondus, avant de traverser l'Atlantique pour être y être réassemblés...

La construction dura douze longues années, de 1902 à 1914 et ni l’architecte (mort en 1911) ni José Camilo Paz (mort en 1912) ne découvriront le projet terminé ! Ce sont sa femme et ses deux enfants qui hériteront du palais et y vivront jusqu'en 1938.

La crise de 29 étant passée par là, la famille Gainza Paz n'est plus vraiment en mesure de conserver ce joyau, véritable gouffre financier. Il est alors mis en vente, et c'est l’État argentin qui s'en porte acquéreur la même année. Il y installera le Cercle militaire, la Bibliothèque Nationale militaire et le musée des armes. 

Palacio Paz 10.JPG

Palacio Paz 11.JPG

Parallèlement aux boiseries blanc et or de la salle de bal s'étire le long corridor de style renaissance français. Les tons rouge sombre des damassés en soie répondent au mobilier de noyer finement sculpté et patiné par le temps.

On fini vite par s'habituer, au cours de la visite, à ces changement stylistiques parfois déconcertants mais néanmoins habituels dans ce type de palais construits en Argentine en ce début de 20e siècle! 

Palacio Paz 12.jpg

Palacio Paz 13.jpg

A la gauche du corridor la salle-à-manger principale, toujours de style renaissance français. 

Palacio Paz 14.JPG

La pièce majeure de cette salle-à-manger est sans nul doute l'imposante cheminée d'où se détachent, à la mode des cariatides, les figures de Diane et de Jupiter. Tout comme pour le corridor, c'est un ébéniste français, Perchaux, qui a réalisé en France l'ensemble de ces fines sculptures.

Palacio Paz 15.jpg

Palacio Paz 16.JPG

Nous retraversons le corridor renaissance français pour découvrir le salon de musique (qui jouxte en fait la salle de bal) dont la principale qualité réside en son extraordinaire acoustique. Pour ce faire, l'architecte a limité les accès (jusqu'à créer de fausse portes) et réduit ceux existants à leur plus simple expression, de quoi juste permettre aux invités de passer ! Il a ensuite recouvert l'ensemble des murs de boiseries, idéales pour réverbérer le son. Il a enfin banni tout les angles droits de la pièce et même le plafond est légèrement bombé...

Palacio Paz 17.JPG

Palacio Paz 18.jpg

On accède, depuis le salon de musique, à la salle "des dames" où se réunissaient généralement, comme son nom l'indique, les invitées de la veuve de M.Paz. On remarquera dans cette pièce plus "féminine" le tympan des portes décorés de délicates peintures à l'huile.

Palacio Paz 19.JPG

Palacio Paz 20.JPG

(Palacio Paz, Avril 2015)

Palacio Paz 22.jpg

La seconde salle-à-manger (placée près d'une bibliothèque et donc prévu à l'origine pour être un bureau) nous offre un bel exemple du fameux style éclectique : médiéval, gothique, renaissance, tout se mélange un peu, jusqu'au très beaux vitraux plutôt Art-nouveau des portes coulissantes ! 

Palacio Paz 21.JPG

Jusque là, je me disais que ce palais ressemblait, somme toute, à quelques autres déjà visité ; jusqu'à ce que je découvre le dernier salon de la visite (on pourrait même dire le clou de la visite!) : le grand salon d'honneur !

Palacio Paz 23.JPG

La coupole, doublée à l'extérieur, offre en fait un éclairage tout électrique, indispensable vu les proportions de la pièce !

Palacio Paz 25.JPG

Alors que cette salle n'est en définitive "que" le salon d'honneur d'un (riche) hôtel particulier, on l'imaginerait plutôt sortie des rêves d'un prince ou d'un roi mégalomane. Tout n'est ici que marbre et or, dans une palette qui défie l'imagination ; C'est certainement la plus impressionnante (ubuesque?) salle de réception de toute l'Argentine ! 

Palacio Paz 24.JPG

Là aussi le style est baroque, rococo, Louis XIV (les colonnes et les pilastres notamment), éclectique, indéfinissable en fait !

Avec 16 mètres de diamètre et une coupole (Art-nouveau, mais avec l'emblème du Roi Soleil en son centre!) qui culmine à 21 mètres, c'est peu dire que l'on se sent tout petit dans ce grand salon tout rond.

Palacio Paz 27.JPG

(Palacio Paz, Avril 2015)

Palacio Paz 26.JPG

Une superbe mosaïque de marbres italiens recouvre le sol

Palacio Paz 28.jpg

Une des portes du grand hall donne directement sur la cour intérieur du palais

Palacio Paz 29.JPG

Un étonnant marbre "rayé" donne l'impression que des tentures encadrent les portes !

Palacio Paz 30.JPG

La grande salle d'honneur donne sur la cour du Palais dont les façades paraissent d'un coup plutôt sobres et classiques.

José Camilo Paz avait souhaité construire une résidence, certes luxueuse mais néanmoins résolument urbaine, où un grand jardin n'avait apparemment pas sa place...

26/04/2015

La richesse de Buenos Aires vue du Ciel

01 -12000km.jpg

On découvre sur cette capture d'écran Google Earth (on est à environ 12 000 km d'altitude) une petite tâche grise : c'est le Grand Buenos Aires !

02 - 4000km.jpg

Si si , je vous assure! Sur celle-ci (à seulement 4 000 km de la terre), c'est encore plus flagrant...

03 - 200km.JPG

Nous ne sommes maintenant plus qu'à 200 km d'altitude (ci-dessus) et à 100 km (ci dessous).

J'ai délimité en rouge les frontières de "Capital Federal" (qui correspondent aux limites de la Ville de Buenos Aires) et en jaune cette région au nord de Tigre qui est le sujet de ce post.

Je vous situe également, pour information, le Campo de Mayo, cette immense zone militaire de 8 000 hectares qui abrita entre 1976 et 1983 El Campito, le plus important centre de détention sous la dictature...

04 _ 100km a.jpg

Je dois bien vous l'avouer, je suis un peu accro à Google Earth (et autre Google Maps et Street View  par ailleurs) depuis que le géant américain a décidé de proposer à tout un chacun, il y a une dizaine d'année, une cartographie complète de la Terre. Loin de moi la polémique (d'aucun trouve en effet ce système par trop "intrusif"), il ne se passe pas une semaine sans que je ne m'autorise le loisir de me promener à travers le monde ; parfois pour y retrouver des lieux jadis visités, ou bien encore pour aller découvrir des sites sur lesquels on trouve encore très peu d'informations (comme par exemple les dizaines de pyramides chinoises autours de Xi-An).

C'est ainsi qu'en me promenant avec ma petite souris, d'un clic distrait, j'ai découvert cette vaste et luxueuse zone au nord de Buenos Aires qui, bien que je susse qu'elle exista, dépassait de loin par son étendue ce que à quoi je m'attendais.

05 - 50 kma.jpg

Dans Capital Federal, la plupart des richesses sont généralement concentrées au nord, dans les quartiers de Retiro, Palermo, Belgrano ou encore Nuñez. Ce n'est bien sûr pas une généralité (on trouve Puerto Madero à l'est de la ville, mais également le bidonville Villa 31 en plein Retiro !), mais néanmoins une tendance forte.

Cette tendance se confirme lorsque l'on quitte Capital Federal en direction de Tigre. Les villes de Vincente Lopez, Olivos, Acassuso, Martinez, et autre San Isidro, évoquent à tout Porteño, pour le moins une certaine opulence, mais généralement plus encore, et ce sont indéniablement ces villes qui concentrent le plus grand nombre de piscines particulières du Grand Buenos Aires !

Une autre réalité : plus on est près du Rio de La Plata, plus le quartier devient chic !

05a le palais.JPG

Le Palais présidentiel donne d'ailleurs le ton : 30 hectares de verdure en plein cœur d'Olivos. Cela correspond à 14 manzanas (le pâté de maison classique) ou bien encore la surface de l’hippodrome de Palermo !

05b pauvre.JPG

La richesse se mesure aussi parfois en nombre d'arbres : ci-dessus une capture d'écran au sud de Capital Federal, ci-dessous au nord !

05c .JPG

05d MatinezJPG.JPG

De Vincente Lopez à Tigre, on découvre des quartiers entiers qui, en plus d'être assurément encore plus verdoyants, sont également constellés de piscines privées.

Si il ne faut bien sûr pas généraliser, il est à noter qu'il n'existe pourtant aucun quartier de la sorte au sud de la capitale !

05e piscine 2.JPG

05 - 50 kma.jpg

Mais revenons-en à cette région encerclée de jaune, au nord de Tigre.

06 - 10km.JPG

Sur plus de 20 kilomètres, ce sont des dizaines de "marinas" que nous offre à découvrir Google Earth. N'ayant pas un accès direct au Delta, ces dernières sont généralement constituées d'un vaste plan d'eau où ne circule (pour le repos des bienheureux propriétaires) aucun bateau à moteur.

La surface moyenne de ces terrains est de 1000 metres², sur lequel on vient poser une jolie maison. Après avoir parcouru quelques sites d'agences immobilières sur le net, on peut estimer que le prix de ces lots (maison comprise) va de 300 000 à parfois largement plus d'un million de dollars. 

07.JPG

Toutes ces marinas (ou condominium, peu importe le nom), qui comptent chacune entre 300 et 1000 villas sont par contre toutes des "barrios privados" ou "barrios cerrados" (quartiers privés ou fermés, ce qui revient à dire exactement la même chose).

Cela signifie donc que les propriétaires, qui viennent passer le week-end ou bien vivent ici à l'année, doivent débourser, en plus de l’achat de leur jolie maison, le coût de l'entretien des espaces communs, des plans d'eau et surtout de la sécurité, assurée par un personnel évidemment très qualifié, accessoirement assistée de centaines de cameras, de détecteurs en tout genre et autre barbelé...

C'est le prix à payer pour vivre en totale sécurité (et entre soi), hors du monde réel, mais surtout loin des "pauvres" et des vicissitudes de la mégapole.

08.JPG

Une autre vision de Buenos aires, aux antipodes de celle de Palermo, de San Telmo et du tango !

09.JPG

A défaut d'avoir un accès direct au plan d'eau, le standing recommande toutefois de posséder sa propre piscine...

10.jpg

Une villa basique avec piscine. Premier prix : 500 000 US$...

Capture.JPG

... et il y en a des milliers de la sorte dans le coin !

Golf 2.JPG

Pour être tout à fait juste (et complet), je dois reconnaître que l'on trouve aussi de nombreux "barrios privados" à l'est du Grand Buenos Aires. Il suffit en général de repérer un golf, et les maisons (le plus souvent avec piscine) ne se trouvent jamais très loin.

Elle sont même parfois situées (comme ci-dessous) en plein milieu du green...

golf 1.JPG

24/04/2015

Le Musée Evita

musée evita peron 01.JPG

(Musée Evita, avril 2015)

musée evita peron 03.JPG

Le bâtiment (un mélange de style baroque et renaissance) qui abrite le Musée Evita date en grande partie de 1923. On le trouve Calle Lafinur 2988, dans la manzana coincée entre le Zoo et le Jardin Botanique.

musée evita peron 02.JPG

musée evita peron 04.jpg

(Musée Evita, avril 2015)

musée evita peron 05.JPG

musée evita peron 06.JPG

Un ton solennel, voire sacré, est donné dès l'entrée... (ci-dessous le masque mortuaire d'Evita)

musée evita peron 07.JPG

La Fondation Eva Perón achète cette demeure en 1948 afin d'y installer un centre d’accueil pour des femmes en difficulté. Il sera connu sous la dénomination de "Hogar de transito n°2".

En 1955, suite au putsh qui renverse son mari, le Président Juan Perón, les militaires exproprie la Fondation et installent à la place des bureaux administratifs.

Il faudra attendre 1999 pour voir revenir en ces lieux le souvenir d'Eva : dans un premier temps c'est l'"Institut d'investigation Evita Perón" qui occupe le bâtiment, en attendant l'ouverture d'un musée qui sera inauguré le 26 juillet 2002, soit 50 ans jour pour jour après sa mort.

musée evita peron 09.JPG

Le Hall du premier étage est la plus grande pièce de la maison.

musée evita peron 08.JPG

De petits neveux et nièces d'Evita étant à l'origine du musée, il n'est pas étonnant qu'il soit tout entier dédié à la gloire de leur grand-tante et qu'aucune aspérité ne doit venir troubler une souvenance par trop idéalisé : son enfance "pauvre" est rapidement expédiée, ses œuvres caritatives sont mises en avant mais sans trop de chiffres à l'appui, et son combat contre la maladie (cancer de l'utérus), qui allait l'emporter à 33 ans, à peine mentionné.

Le parcours du musée est pourtant bien fait et assez agréable à parcourir : D'abord son enfance, puis sa période "artiste" à la radio et au cinéma, la rencontre avec Perón et son engagement politique et social, sa "présidence", ou encore son engagement en faveur de l'émancipation et du droit de vote des femmes.

Une salle est également dédiée à une biographie qu'elle a signée mais pas écrite, "La Raison de ma vie", un livre qui fut d'ailleurs largement retoqué par Perón (pour mieux coller au péronisme) avant d'être publiée en 1951, quelques mois avant sa mort. 

Le tout est agrémenté de nombreuses robes et objets personnels, livres, affiches, tracts et autres vidéos...

musée evita peron 11.JPG

musée evita peron 10.JPG

(Musée Evita, avril 2015)

musée evita peron 12.JPG

musée evita peron 14.JPG

Le "patio andalou"

musée evita peron 13.JPG

(Musée Evita, avril 2015)

musée evita peron 15.JPG

Des jouets d'époque...

musée evita peron 17.JPG

Le "Industria Argentina" (made in Argentina), l'un des remèdes du péronisme pour limiter la dégradation économique est encore largement d'actualité (voir cette page FB de l'actuel Gouvernement).

musée evita peron 16.JPG

La cuisinière originale du "Hogar de transito n°2"...

musée evita peron 18.JPG

... et la tout aussi originale Vierge de Lujan qui trônait dans la chapelle.

musée evita peron 19.JPG

Sainte Evita !

musée evita peron 20.JPG

Et enfin quelques kitschissime souvenirs à l’effigie de l'Icône Argentine...

musée evita peron 21.jpg

On trouve également dans le patio de la jolie demeure un très agréable restaurant-terrasse.

22/04/2015

Les estancias jésuites de Córdoba

Je dois bien vous l'avouer, je n'assume en fait pas vraiment le post précédent (celui sur la ville de Córdoba) que j'ai écris alors que je n'y ai jamais mis les pieds. Cela n'a rien bien-sûr de dramatique en soi, mais c'est bien la première fois en bientôt 10 ans que je me suis permis cet écart.

D'autres auraient peut-être eu moins de scrupules, pas tant d'ailleurs d'utiliser les photos de tiers, mais plutôt de parler de choses que l'on a jamais vues !

Je vais néanmoins pourtant commettre une seconde et dernière entorse à ces principes, juste le temps de vous montrer ce qu'était le but principal de ce voyage (que je n'ai donc pas fait!) : il s'agissait de découvrir le centre historique de Córdoba (et en particulier la Manzana de las Luces), ainsi que les cinq estancias jésuites dispersées un peu partout dans la région.

C'est d'ailleurs bien l'ensemble de ces lieux qui est conjointement inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l'Unesco depuis 2000 sous la dénomination "Ensemble et les estancias jésuites de Córdoba".

Un bref aperçu donc de ces cinq estancias, dans l'ordre ou j'aurais dû les découvrir...

L'estancia Caroya

estancia Caroya 03.jpg

estancia Caroya 01.JPG

Achetée par la Compagnie de Jésus en 1616, elle se trouve à une cinquantaine de kilomètres au nord de Córdoba, juste à côté de la petite ville de... Caroya ! Cette ville n'existait bien entendu pas à l'époque où les estancias étaient situées bien souvent seules au coeur de territoires de plusieurs milliers (voir centaine de milliers) d'hectares...

Les estancias avaient, outre leur vocation spirituelle, une finalité plus terre à terre, c'est le cas de le dire : on y pratiquait en effet l'élevage et l'agriculture et on y fabriquait divers produits finis tels que le textile, l'huile, le vin, etc... afin de subvenir aux besoins de l'Ordre d'une part, mais aussi bien sûr pour les vendre à travers tout le continent. 

Caroya, pas plus que les autres estancias, n'a gardé intacte sa physionomie d'origine. Toutes ont été revendues à des particuliers (ou encore cédées aux Franciscains) à partir de 1767, à la suite de l'expulsion des Jésuites d'Argentine. Les estancias ont perdu au fil du temps leurs nombreux bâtiments annexes (souvent construit en adobe) ou bien encore leur réservoir.

estancia Caroya 02.JPG

estancia Caroya 04.jpg

L'estancia Jesús María

Elle se trouve à peine à trois kilomètres de la précédente aux abords de la petite ville de... Jesús María ! L'Ordre en fait l'acquisition en 1618...

Les estancias étaient des foyers de progrès où l’organisation et le développement était obtenus grâce à une étude pragmatique (voir scientifique) afin de s’adapter au terroir (canalisations, système d’irrigations, semailles, vignes, etc. Ces réalisations de la Compagnie de Jésus sont vite devenues un véritable modèle économique et socio-culturel de leur temps, ce qui allait d'une certaine manière (cette réussite ne plaisant pas à tout le monde!) les conduire à leur perte !

Ne soyons néanmoins pas aveugle : ces estancias ne pouvaient fonctionner sans main d’œuvre, et faute de suffisamment d'indiens dans la région les jésuites firent venir par milliers des esclaves d’Afrique...

estancia jesus maria 01.jpg

estancia jesus maria 04.jpg

estancia jesus maria 02.JPG

estancia jesus maria 03.jpg

estancia jesus maria 05.jpg

L'estancia Santa Catalina

Il faut emprunter, depuis Caroya, un chemin de terre sur une bonne vingtaine de kilomètres pour arriver jusqu'à Santa Catalina, perdue seule au milieu des collines.

L'estancia est achetée par l'Ordre en 1616 (ou 1622 selon les sources) et deviendra la plus importante exploitation de la région avec plus de 25 000 têtes de bétail. Revendue au maire de Córdoba en 1774, elle est depuis restée dans la même famille.

estancia Santa Catalina 01.jpg

estancia Santa Catalina 03.jpg

estancia Santa Catalina 02.JPG

santa catalina.JPG

On aperçoit bien sur cette capture d'écran Gogle Earth un mur d'enceinte ainsi que les ruines de quelques bâtiments annexes...

estancia Santa Catalina 05.jpg

 

L'estancia de la Candelaria

C'est la plus éloignée de Córdoba (une bonne centaine de kilomètres) mais aussi la plus difficilement accessible. Construite sur des terres offertes par Francisco de Vera y Mujica en 1678, elle semble la plus modeste de toutes alors que c’était en fait l'une des plus vaste (on parle de 300 000 hectares!).

estancia La candeleria.jpg

Et une très courte vidéo !

 

 

L'estancia de Alta Gracia

Sans doute la plus imposante de toutes, l'estancia se trouve à 36 km au sud-ouest de Córdoba, en plein centre de l'actuelle commune d'Alta Gracia qui compte plus de 40 000 habitants.

La ville est réputée à plus d'un titre, puisque le Vice-roi de la Plata (d'origine française) Jacques de Liniers y séjourna (justement dans cette estancia où lui est dédié, depuis 1971, un musée).

Che Guevara a lui aussi son musée, à un kilomètre de là. Né à Rosario (eh oui, le Che est Argentin!), il passera son enfance dans cette région que ses parents avaient choisi pour son climat sain, parfait pour soulager ses sévères crises d'asthme.

Le compositeur Manuel de Falla, qui s'était exilé après la Guerre d'Espagne, vint quant à lui finir ses jours ici...

estancia alta gracia 4.jpg

estancia alta gracia 2.jpg

estancia alta gracia 1.jpg

Alta Gracia est à l'origine une hacienda qui appartenait à Alonso Nieto de Herrera. Devenu membre de la Compagnie, il lui lègue son exploitation à sa mort. C'est la seule estancia qui a conservé intacte son réservoir...

estancia alta gracia 3.JPG

estancia alta gracia 5.JPG

Je tiens à rappeler que je n'ai pris aucune des photos qui illustrent le présent post pour la bonne raison que je n'ai jamais mis les pieds dans la région. Et je m'excuse également par avance de n'en pouvoir citer les divers auteurs...

20/04/2015

Córdoba, virtual tour

01.JPG

Capture d'écran Google Earth où l'on découvre, tracés à même les pavés de l'incontournable Plaza San Martin, les silhouettes du cabildo et de la cathédrale...

02.jpg

La construction de la Cathédrale Notre-Dame de l'Assomption de Córdoba a débuté dès 1580. Son style indéfinissable s'explique en partie par les 180 années qu'ont duré les travaux !

03.jpg

L'intérieur de la cathédrale.
Ci-dessous le Cabildo, construit en dur dés 1610, mais remanié maintes fois jusqu'au 18e siècle.

03a.jpg

Si ce n'est, je vous l'assure, qu'une simple histoire de location de voiture qui m'a fait renoncer à mon petit voyage à Córdoba, cela ne m'a pourtant pas empêché d'y penser tout le week-end. J'avais réellement préparé ce voyage et je tenais tant à vous en faire partager la découverte.

A défaut d'y être finalement allé, rien ne m'empêche malgré tout de vous faire découvrir cette région, d'une façon totalement virtuelle puisque je n'y ai jamais mis les pieds !

Je m'autorise exceptionnellement donc à vous présenter ce non-voyage en quelques posts, illustrés bien évidemment de photos que je n'ai jamais prise. La méthode pourra sembler barbare à quelques-uns que je prie à l'avance de bien vouloir m'excuser...

04a.jpg

La vieille-ville est délimité au nord par le Rio Suquia et à l'est par le canal de la Cañada.

03b.jpg

La "Manzana de Las Luces" de Córdoba jouxte la Plaza San Martin et la cathédrale.

La "manzana" correspond en fait à une parcelle "originelle" de 120 mètres de côté (ce que nous appellerions plus communément un "pâté de maison"). "Las Luces" (les lumières) se réfère tout simplement, tout comme à Buenos Aires, à l'importante concentration d'édifices dédiés au Savoir.

C'est de là que les Jésuites marqueront leur empreinte dans la région pendant près de 170 ans...

03c.jpg

04b.jpg

 L’Église du Sacré-Coeur, plus communément appelée "de los Capuchinos" (des Capucins), a été construite entre 1926 et 1934. D'un style à-priori néogothique, elle ne manque ni de couleurs ni d'originalité !

04c.JPG

04d.jpg

Córdoba "de la Nouvelle Andalousie" est fondée en 1573, soit sept années avant la "re-fondation" de Buenos Aires. Si de nombreux ordres religieux sont déjà présents dans le sud de l'Amérique (Franciscains et Dominicains notamment), ce sont bien les jésuites qui, arrivés a peine plus tardivement, vont marquer toute cette région de leur empreinte.

En 1599, la Compagnie de Jésus prend possession de la parcelle qui lui à été, à l'instar des autres ordres, attribuée. Dès 1610, elle jette les bases du Colégio Máximo, rien de moins que la première université du pays. S'ensuivront, entre 1616 et 1678, la construction (ou parfois le rachat) des fameuses "estancias", ces fermes qui vont consolider un système organisationnel unique et tellement efficace qu'il mènera l'Ordre à sa perte : en 1767, les Jésuites sont chassés d'Amérique et leur ordre dissout par le Pape en 1773...

Córdoba "la Docta" (la docte) à conservé de ce passé d'être aujourd'hui la ville d'Amérique latine qui compte le plus d'étudiants universitaires, soit 12% de la population !

La capitale provinciale est également l'une des trois seules villes d'Argentine à compter plus d'un million d'habitants, après Buenos Aires et Rosario.

05.jpg

On doit le Parque Sarmiento, le plus grand parc de la ville, à l'incontournable Carlos Thays : 17 hectares, où sont réunis plans d'eau, roseraie, zoo, musées divers, et même une impressionnante piscine de 100 mètres de long !

06.jpg

06a.jpg

Le "shopping" Patio Olmos.

08.jpg

La ville compte un nombre impressionnant d'églises. Ici la Basilique de la Merced, datant de 1807 mais construite à l’emplacement d'un couvent existant depuis le tout début du 17e.

09.jpg

Deux autres symboles de Córdoba : ci-dessus "l'Arco", assez moche il est vrai. Situé à 6 km du centre historique, il a été construit en 1942 par un intendant qui semble t-il voulait laisser une trace (sic!) dans l'Histoire. L'arche de 19 mètres de haut marquait l'entrée sud-est de la cité.

Ci-dessous, l'audacieux et impressionnant "Centro Civico", haut de 45m,, nouveau siège du Gouvernement provincial, qui se trouve juste à un kilomètres du Cabildo...

centro civico.jpg

Je tiens à rappeler que je n'ai pris aucune des photos qui illustrent le présent post pour la bonne raison que je n'ai jamais mis les pieds à Córdoba. Et je m'excuse également par avance de n'en pouvoir citer les divers auteurs...

18/04/2015

Pourquoi je n'irai pas à Córdoba... (cette fois-ci)

Córdoba.JPG

J'avais tout prévu (vous me connaissez!) : le parcours, les arrêts possibles, les spots où pouvoir trouver un hébergement, etc... Il me manquait encore le bus (facile) et le booking des hôtels (facile aussi, quoi que!).

C'est sur la réservation de la voiture que mes nerfs ont été mis à mal ce samedi matin : entre les délais de 48h (ouvrables) pour avoir une réponse, les réservations par internet ou rien n'était possible sans DNI (document national d'identité, que je n'ai pas) ou sans" Cuil" Ou "Cuit" (numéros fiscaux que je ne possède pas non plus en tant qu'expat), sans compter les prix délirants (de 500 à 800 euros pour une semaine de location!), j'ai fini par jeter l'éponge...

Personne ne sera, j'en suis persuadé, désespéré de ne trouver aucun post sur Córdoba dans ce blog, et je m'en remettrais quant à moi de n'avoir pas pu découvrir (cette fois-ci) ces sans nul doute magnifiques sierras.

Peut-être arrive-je à un moment de ma vie où je ne souhaite que des découvertes "qui s'offrent" et de n'avoir pas à ramer comme un malade pour pouvoir emmagasiner quelques paysages ou "réductions" jésuites de plus...

Je vais donc finalement rester une semaine sur Buenos Aires à me reposer, économisant par la même plus de 15 000 pesos (que l'argentine ne mérite n'aura pas), mais également beaucoup d'énergie...

Parcours Cordoba.JPG

19:13 Publié dans Perso | Lien permanent | Commentaires (1)

17/04/2015

L'impayable nouveau billet de 50 pesos

02.jpg

Sur un fond de pointe sud du continent américain se détache clairement la carte des Malouines (ou Malvinas ou Falklands, c'est selon!). On peut noter en bas à droite la carte de la Péninsule Antarctique, revendiquée par l'Argentine (mais également par le Royaume-Uni et par le Chili, soit juste un rêve!) ; à l'opposé, un phare représente (d'après les communicateurs) la vision pacifique (sic) de cette revendication...

 

Présenté en fanfare par la Présidente en avril 2014, à l'occasion du 32e anniversaire du déclenchement de la Guerre des Malouines, un nouveau billet de 50 pesos entre (tout) doucement ce mois-ci dans la vie quotidienne des Argentins....

Cette nouvelle coupure, cible des réseaux sociaux déchaînés, a évidemment deux bonnes raisons de faire sourire : son thème d'une part, et sa valeur faciale d'autre part.

Le thème d'abord, tout dédié à cette fameuse Guerre des Malouines qui opposa en avril 1982 la junte militaire argentine (l'agresseur) à la Dame de fer qui porta depuis ce jour là bien son nom. Il en résulta plus de 900 morts, une junte à la dérive et une seconde réélection servie sur un plateau pour Margaret !

A moins de sept mois de l'élection présidentielle (à laquelle Cristina ne participera pas, et ce n'est faute d'avoir essayé!), la ficelle de la "souveraineté nationale" devient vite une grosse corde éculée...

 0012246372.jpg

Cristina Fernández de Kirchner, en avril 2014...

 

Mais peut-être que le pire se trouve dans le choix de la valeur faciale du billet. Déjà qu'en 2012 Madame Fernández de Kirchner nous avait fait l'honneur d'un plutôt joli mais surprenant nouveau billet de 100 pesos, elle réitère l'exercice, mais cette fois-ci avec une coupure de 50 pesos (soit environ 5 euros, au taux officiel).

Alors que la plupart des prix ont doublé ces deux dernières années (l'inflation annuelle est en effet de 20 à 45% -selon le chiffre de la police ou celui des organisateurs!-), une implacable logique voulait que tout nouveau billet fût de 200, voir 500 pesos.

Mais non !, le gouvernement ne le voit pas de cette œil (inflation, quelle inflation?) et les deux billets de 100 pesos, d'une valeur donc d'environ dix euros (soit le prix d'un kilo de filet de porc), resteront encore malheureusement pour les prochains mois les plus "grosses" coupures en circulation dans le pays...

01.jpg

Au revers du billet de 50 pesos, on découvre le Gaucho Antonio Rivero, qui serait le premier à s'être opposé, dès 1833, à l'ennemi britannique. Sous le cheval apparait le cimetière Charles Darwin (présentement aux Malouines) où sont enterrés 123 corps d'argentins (ou 237 selon les sources), victimes de cette guerre.

Sous le "50", on devine aussi la silhouette du croiseur Belgrano, torpillé par la flotte britannique : 323 soldats argentins périront lors du naufrage, soit près de la moitié des pertes argentines de ce conflit... 

15/04/2015

Le Musée d'Art Espagnol Enrique Laretta

museo laretta buenos aires_02.JPG

(Musée Laretta, avril 2015)

museo laretta buenos aires_01.JPG

La facade du musée, au 2291 Juramento

museo laretta buenos aires_04.JPG

museo laretta buenos aires_03.JPG

museo laretta buenos aires_05.JPG

museo laretta buenos aires_06.JPG

museo laretta buenos aires_07.JPG

Le salon principal de la maison...

museo laretta buenos aires_08.jpg

Détail du dessus de la cheminée

museo laretta buenos aires_09.JPG

A l'occasion de ma petite virée avec le bus touristique "jaune" (voir ICI et LA), j'avais programmé un seul arrêt : le Musée d'Art Espagnol Enrique Laretta à Belgrano. Il faut dire qu'à 10 pesos l'entrée (environ 1 euro), je ne prenais aucun risque inconsidéré !

Enrique Laretta, écrivain et diplomate (il fut ambassadeur à Paris entre 1910 et 1919), s'était marié en 1903 à Josefina Anchorena, issue d'une des familles les plus riches et en vue de Buenos Aires (le splendide Palacio San Martin, qui se trouve sur la place éponyme, fut d'ailleurs commandité par sa mère, Mercedes Castellanos de Anchorena).

Construit en 1886 pour Francisco Chas (un neveu du Général Belgrano), l'actuel musée n'était au départ qu'une agréable maison de campagne. Mercedes Anchorena l'acquit dix ans plus tard avant de l’offrir en 1916 au jeune couple en cadeau de mariage . La maison et les jardins furent alors remaniés jusqu'à occupé la totalité de la manzana (le pâté de maison), soit un rectangle de 120m sur 100m.

L'architecte en charge du projet n'était autre que Martin Noël, à qui l'on doit également la maison d'Isaac Fernandez Blanco, à Retiro, l'autre musée d'Art hispano-américain de Buenos Aires...

Quatre générations vécurent ici jusqu'à la mort d'Enrique Laretta en 1961 ; il avait alors 86 ans...

Il avait constitué durant toutes ces années une impressionnante collection d’œuvres d'art des 16e et 17e siècle qui fut léguée à la ville (tout comme la maison) par ses enfants.

En 1962, le musée ouvrait ses portes...

museo laretta buenos aires_10.JPG

museo laretta buenos aires_11.JPG

(Museo de Arte Español Enrique Laretta, avril 2015)

museo laretta buenos aires_12.JPG

museo laretta buenos aires_13.jpg

Ce sont certainement les œuvres religieuses en bois polychrome (retables, autels et autre triptyque) qui sont les plus remarquables.

museo laretta buenos aires_14.JPG

museo laretta buenos aires_15.JPG

museo laretta buenos aires_17.JPG

museo laretta buenos aires_16.JPG

Le jardin, de style andalou, quadrillé par des allées de buis, offre une grande variété d'essences : ginkgos, glycines et autres palmiers...

museo laretta buenos aires_18.JPG

museo laretta buenos aires_19.JPG

(Museo de Arte Español Enrique Laretta, avril 2015)

museo laretta buenos aires_20.JPG

11/04/2015

Le bus touristique "jaune" de Buenos Aires (2e partie)

00.JPG

Après avoir parcouru les quartiers de Recoleta, Retiro, San Nicolas, Monserrat, San Telmo et La Boca (voir la première partie du parcours), nous remontons vers le nord en longeant maintenent celui de Puerto Madero.

DSC_3302.JPG

(Buenos Aires, avril 2015)

DSC_3265.JPG

Puerto Madero est le plus moderne des quartiers de Buenos Aires, et également l'un des plus exclusifs...

DSC_3325.JPG

DSC_3325b.JPG

Une sculpture représentant l'argentin Juan manuel Fangio, peut-être le plus grand coureur automobile de tous les temps, avec 24 victoires sur 51 Grand prix disputés !

DSC_3328.JPG

DSC_3336.JPG

(Buenos Aires, avril 2015)

DSC_3350.JPG

Après Puerto Madero, le bus va repasser un petit moment à Retiro avant de se diriger plus au nord, vers les quartiers de Palermo et de Belgrano.

C'est l'occasion de découvrir sur la Place San Martin le gratte-ciel Kavanagh (ci-dessus) qui fut en 1936 le plus haut édifice en béton armé de toute l'Amérique du Sud.

DSC_3351.JPG

Toujours sur la même place, on trouve le Palacio Paz (ci-dessus) qui fut construit entre 1902 et 1914 pour un aristocrate qui avait été (entre autre) ambassadeur à Paris.

Le palais, l'un des plus luxueux de l'époque, abrite aujourd'hui le Cercle Militaire. Des visites sont néanmoins organisées afin de découvrir les salons de réception de l'étage noble.

DSC_3360.JPG

La Plaza San Martin est également l'écrin d'un autre merveilleux palais (San Martin, ex- Anchorena), sans doute le plus beau de Buenos Aires, qui abrite depuis 1936 le Ministère des relations extérieures (a découvrir dans un futur post...)

A l'extrémité de la place s'élève enfin  la "Tour Monumentale" (ci-dessus) qui s'appelait en fait jusqu'en 1982 "Tour des Anglais" ; elle fut débaptisée (on se demande bien pourquoi :) suite à la Guerre des Malouines.

Un grand monument commémoratifs dédié aux 649 soldats argentins tombés au champs d'honneur se trouve d'ailleurs comme par hasard juste de l'autre côté de la rue (ci dessous) !

DSC01987.JPG

DSC_3393.JPG

A quatre Kilomètres plus au nord (nous sommes maintenant à Palermo) se dresse sur l'Avenida del Libertador le splendide monument tout en marbre de Carrare dit "des Espagnols".

Il fut offert en effet par la communauté espagnole en 1910 en l'honneur du centenaire de la Révolution de Mai (dans la réalité, le monument ne fut inauguré qu'en 1927...)  

DSC_3378.JPG

Le "Monument des Espagnols" se trouve au centre des "Parques de Palermo", entre le zoo, le Rosedal (la roseraie) et le Jardin Japonais.

C'est là que l'on rencontre également la sphère du Planétarium, d'où part d'ailleurs un autre bus (bleu celui-ci, et compris dans le forfait) pour une extension vers le parc à thème Tierra Santa ou bien encore le stade de football de River Plate.

DSC_3375.JPG

La Colonne Perse (réplique d'une des 72 colonnes de l'Apadana de Persépolis).

DSC_3395.JPG

Le Palacio Bosch, du nom de son premier propriétaire, ex-ambassadeur argentin à Paris (eh oui encore!), est depuis 1929 le siège de l'ambassade et de la résidence américaine.

DSC_3402.JPG

Les terrains de polo de Buenos Aires.

DSC_3414.JPG

La Plaza Barrancas à Belgrano.

DSC_3538.JPG

(Buenos Aires, avril 2015)

DSC_3540.JPG

Une des nombreuses entrées de l'Hippodrome de Palermo.

DSC_3537.JPG

Sur Cabildo...

DSC_3564.JPG

(Buenos Aires, avril 2015)

DSC_3595.JPG

Retour enfin à notre point de départ, plus de trois heures plus tard : nous retrouvons le cimetière de Recoleta, l'église Notre-Dame del Pilar et les parcs qui les bordent.

Dans le prochain post, je vous parlerais du musée que j'ai visité lors de mon unique descente du bus...

DSC_3609.JPG

 

DSC_3625.JPG

09/04/2015

Le bus touristique "jaune" de Buenos Aires (1e partie)

00.JPG

(Buenos Aires, avril 2015)

01.JPG

DSC_3033.JPG

L'ambassade de France.

DSC_3031.JPG

La façade du Palacio Perada, résidence de l'ambassadeur du Brésil...

DSC_3041.JPG

Gros bémol : la traduction n'est pas (mais vraiment pas) à la hauteur, ce que je n'arrive toujours pas à comprendre : il suffirait de faire corriger le texte à un français, et pourquoi pas, d'aussi lui faire lire !

C'est dommage car les commentaires sont finalement très intéressant...

DSC_3062.JPG

L'avenida 9 de Julio

DSC_3045.JPG

Le fameux Théâtre Colón.

DSC_3088.JPG

Le Calbido, troisième bâtiment de la cité bâti en "dur" (après le fort et la cathédrale).

DSC_3119.JPG

La Cathédrale de Buenos Aires

DSC_3090.JPG

La Casa Rosada sur la Place de Mai ;  l'Elysée argentin en quelque sorte...

DSC_3132.JPG

Le Palacio Barolo , sur l'Avenida de Mayo, fut jusqu'à 1935 le plus haut édifice d'Amérique du Sud !

DSC_3143.JPG

Tout au bout de l'Avenida de Mayo : El Congreso.(ci-dessus).

De retour dans San Telmo, nous croisons la Calle Defensa (ci-dessous) où se tient tous les dimanche, de la Plaza de Mayo jusqu'a la Plaza Dorrego, la feria la plus populaire de la capitale...

DSC_3158.JPG

C'est bien la première fois de ma vie, la semaine passée, que je prenais un bus touristique afin de découvrir une capitale ! J'aime en général plutôt marcher et surtout prendre le temps de m'arrêter!

Je n'allais sans doute pas découvrir, ni apprendre, grand chose en particulier (depuis le temps où j'arpente les trottoirs de Buenos Aires), mais je désirais connaître ce que pouvait ressentir un touriste lambda et savoir tout simplement si cela en valait vraiment la peine.

Et bien, sincèrement,  je n'ai pas été déçu! Le parcours, qui va de  Belgrano, tout au nord, jusqu’à La Boca, tout au sud, est assez bien pensé et les 24 arrêts permettent finalement toutes les combinaisons possibles! 

Car ce n'est pas seulement un bus qui fait un petit tour et puis s'en va! : vous avez en effet la possibilité de :

1) commencer votre tour à n'importe quel endroit du parcours
2) descendre à autant d'arrêts que vous le souhaitez (afin de découvrir les alentours, visiter un musée, faire les vitrines ou bien encore aller déjeuner !)
3) reprendre le bus où et quand vous le souhaitez
4) faire autant de tours que vous le désirez , puisque le billet est valable durant deux jours

C'est donc en définitive une approche qui vaut le coup, puisque tous les quartiers sont visités, et que cela permet  de découvrir dans sa totalité Buenos Aires (si l'on opte pour les deux jours!) sans avoir jamais besoin de prendre un taxi...

DSC_3166.JPG

L'autoroute qui mène à La Plata "sépare" les quartiers de San Telmo et de La Boca.

DSC_3176.JPG

L'église orthodoxe russe (et ses cinq magnifique bulbes bleus) fut inaugurée en 1904 ; c'était la première érigée en Amérique du Sud !

DSC_3189.JPG

(Buenos Aires, avril 2015)

DSC_3185.JPG

La Usina del Arte, ancienne usine d'électricité, a été transformée en centre culturel (voir ce complet -et excellent- article sur le Petit Hergé)

DSC_3191.JPG

Le célébrissime stade de La Bombonera (la bonbonnière) où joue la fameuse équipe de La Boca Junior, éternelle rivale de River Plate (les footeux comprendront!)

DSC_3192.JPG

DSC_3199.JPG

(Buenos Aires, avril 2015)

DSC_3213.JPG

Business avant tout, un petit arrêt de 20 minutes est "imposée" dans le très sympathique bar "El Estaño 1880" : touristes bienvenus...

DSC_3239.JPG

Le port de la Boca fut le premier de la ville. Mal famé déjà à l'époque, il l'est encore largement aujourd'hui...

Par précaution, j'incite les voyageurs à ne pas se promener librement dans ce quartier, si ce n'est lors de l'arrêt N°9 -Caminito- (et tout en restant le périmètre "réservé" aux touristes). En un mot, évitez  les arrêts 6, 7 et 8, nettement moins sûr...

DSC_3233.JPG

L'entrée du Caminito

DSC_3242.JPG

DSC_3260.JPG

(Buenos Aires, avril 2015)

DSC_3252.JPG

Lien officiel du Bus Turistico.

Découvrir la seconde partie du parcours

05/04/2015

.

leopard.JPG

04/04/2015

Tierra Santa, la Jérusalem (en carton-pâte) de Buenos Aires

Tierra Santa 01.JPG

(Tierra Santa, Mars 2015)

Tierra Santa 02.JPG

Tierra Santa 03.JPG

Tierra Santa 04.JPG

(Tierra Santa, Mars 2015)

Tierra Santa 05.JPG

Tierra Santa 06.JPG

Tierra Santa 07.JPG

Le Rocher du Golgotha

Tierra Santa 08.JPG

A l'heure ou j'écris ce post, les ruelles de cette Jérusalem en carton-pâte doivent être bondées, Semaine Sainte oblige !

Depuis deux ans que je survole à l'occasion ce parc à thème (la piste de l'aéroport national Jorge Newberry -Aeroparque- se trouve en effet à moins d'un kilomètre de là), j'ai décidé, il y a une quinzaine de jours, d'aller en pousser les portes...

Tierra Santa est unique au monde, enfin presque : il a une petite soeur à Orlando, en Floride, qui se trouve (quel hasard!), à une quinzaine de kilomètres de Disney World ! Les deux parcs, qui ont pour thème l'histoire biblique (dans une version, convenons-en, plutôt chrétienne), ont été créés il y a une dizaine d'années.

Celui de Buenos Aires est kitchissime à souhait (même si je subodore que l'américain le soit tout autant!), et pas un épisode n'a été oublié : de la Création à la Résurrection, en passant par l'Annonciation, la Naissance de Jésus, l'entrée à Jérusalem, le Jugement, la Crucifixion et j'en passe, le tableau est complet.

Le nom des rues, des places, des grottes et des monuments sont de la même veine : la cascade des Eaux du Jourdain, la Porte de Damas, Bethléem, Nazareth, l'Arche d'Alliance, le palais romain et le temple hébreu, c'est un parfait tout-en-un pour qui souhaite se ressourcer à ses racines chrétienne.

Il y a également, ici et là,  quelques "personnalités" mises en valeur : Mère Teresa, Martin Luther King, Gandhi, Jean Paul II et bien évidemment le Pape François.

On trouve enfin quelques restos, qui n'ont d'arabe ou d'arménien que le nom...

Tierra Santa 09.JPG

Tierra Santa 11.jpg

Adam et Eve, Marie et Joseph...

Tierra Santa 12.JPG

Trois shows "son et lumière" ponctuent la visite : la Création, la Nativité et la Cène. J'ai zappé le dernier devant (en toute objectivité) l'extrême nullité des deux premiers...

Tierra Santa 10.JPG

Tierra Santa 13.JPG

(Tierra Santa, Mars 2015)

Tierra Santa 14.JPG

Tierra Santa 15.JPG

Pour éviter tout prosélytisme suspect, on trouve également la Mosquée d'Al Aqsa !

Tierra Santa 16.JPG

Mère Teresa

Tierra Santa 17.jpg

Tierra Santa 18.JPG

Le clou de la visite, c'est évidemment la Résurrection ! Peu de chance de la manquer puisqu'elle à lieu une fois toutes les heures ! Un Christ de 18 mètres de haut s'élève juste derrière le Golgotha et joue pendant 8 bonnes minutes de ses 36 mouvements (c'est la brochure qui le dit !) afin d'envouter la foule ; tout cela avec un son qui déchire, et même un tas de lumière dès la nuit tombée...

Tierra Santa 19.JPG

Vous remarquerez les incroyables mouvements des yeux et des mains !

Tierra Santa 20.jpg

Tierra Santa 21.JPG

Tierra Santa 22.JPG

Lors de la Semaines Sainte (en ce moment donc!) certaines scènes de la vie du Christ sont interprétées par des acteurs en chair et en os...

Tierra Santa 24.JPG

Sur la place principale (à dix mètres de l'Arche d'Alliance et à vingt mètres du Mur des Lamentations), on a la possibilité d'assister à un spectacle de danses orientales au goût aussi médiocre que celui du kébab proposé dans le restaurant voisin...

Tierra Santa 23.jpg

Tierra Santa 25.JPG

L’entrée de Jésus dans Jérusalem...

Tierra Santa 26.JPG

Le Mur des Lamentations

Tierra Santa 27.JPG

(Tierra Santa, Mars 2015)

02/04/2015

Hannah Point, la fin du voyage...

Hannah point 01.JPG

(Hannah Point, février 2015)

Hannah point 02.JPG

Hannah point 03.JPG

Ces dames ont une discussion et les papous s'en fichent...

Hannah point 04.JPG

Hannah point 05.JPG

(Hannah Point, février 2015)

Hannah point 06.JPG

Hannah point 07.JPG

Il ne faut pas croire que les manchots sont en permanence immaculés ! Certaine fois la toilette laisse réellement à désirer !

Hannah point 08.JPG

Hannah Point, sur l'île Livingstone (la seconde plus grande de l'archipel des Shetlands du Sud), sera notre dernier débarquement avant que nous n'entreprenions notre remontée vers Ushuaïa.

C'est là notre ultime chance de randonner à travers ces colonies de manchots fortes de plusieurs milliers d'individus. L'occasion également de rencontrer nos premiers éléphants de mer (nos guides en dénombreront près de 100 !), ces amas de corps plutôt inertes mais incroyablement bruyants où le mâle dominant veille jalousement sur son harem.

S'ensuivront deux jours et demi dans le Passage de Drake durant lesquels nous seront copieusement secoués, ce qui ne restera néanmoins qu'un simple aperçu de ce qu'une mer déchaînée peut quelquefois réserver !

Dans ce dernier post, je ne peux éluder la question que l'on m'a, depuis mon retour, si souvent posée : qu'ai-je préféré de l'Arctique ou de l'Antarctique (dans les deux cas pour un séjour de 10 jours in situ, sachant bien évidemment que je vis actuellement en Argentine) ? Vaste question...

L'Arctique s'offre, je pense, plus "facilement". Le Svalbard ne se trouve en effet qu'à 4h de vol de Paris. A peine l'avion posé, vous êtes déjà comme dans un rêve ! Si le beau temps est de la partie, vous aurez droit à une magnifique croisière pleine de banquise, d'ours blancs, de morses, de rennes et d'une multitude d'oiseaux ; c'est aussi une vingtaine de sorties à terre, l'occasion de faire de merveilleuses marches le long des côtes du Spitzberg. C'est aussi les 24 heures de soleil par jour, une expérience décoiffante !

L'Antarctique se mérite un peu plus : d'abord 13 heures de vol jusqu'à Buenos Aires (pour un parisien), puis 4 autres de plus jusqu'à Ushuaïa et enfin deux jours et demi d'une mer pas toujours sympathique ! De plus cet éloignement a bien évidemment un coût, loin d'être négligeable.

Mais l'Antarctique, malgré sans doute le trop court moment durant lequel nous auront eu l'occasion de l'approcher (il faut compter cinq jours de pleine mer et donc uniquement cinq jours aux abords du continent), offre bien évidemment son incroyable lot de sensations et de découvertes uniques, à commencer par la multitude des colonies de manchots ainsi que des dizaines (des centaines ?) de baleines que nous aurons l'occasion d'observer. L'Antarctique, c'est également, bien entendu, ce mythe du continent inaccessible, un réel bout du monde, fort d'un passé où des hommes ont réellement risqué leur vie afin de le découvrir ; c'était il y a à peine 150 ans !

Nous avons eu, enfin, à l'occasion de ce voyage , un temps plutôt couvert (les photos le prouvent) ; le modeste amateur de photo que je suis n'aurait pas craché sur quelques rayons d'un soleil un brin plus généreux... 

Hannah point 09.JPG

Hannah point 10.JPG

Hannah point 11.JPG

Hannah point 12.JPG

(Hannah Point, février 2015)

Hannah point 13.JPG

Hannah point 14.JPG

Hannah point 15.JPG

Hannah point 16.JPG

Hannah point 18.JPG

Hannah point 17.JPG

Hannah point 19.JPG

(Hannah Point, février 2015)

Hannah point 20.JPG

30/03/2015

Les manchots

manchot papou 00.JPG

(Antarctique, février 2015)

manchot papou 01.JPG

manchot papou 02.JPG

Le papou est le plus rapide des manchots : 35 km au compteur !

manchot papou 03.JPG

Je me devais de consacrer un petit article aux manchots, ces incroyables oiseaux qui ne volent donc pas !

Nos descentes à terre auraient en effet paru bien ternes sans leur braiement incessant, l'odeur persistante des colonies, mais surtout le ravissant spectacle de leur comportement.

Je regrette un peu de n'avoir pas fait de vidéos (que je ne maîtrise pas trop avec un reflex) car c'est dans le mouvement que tout prenait du sens : les aller-retour jusqu'au rivage, les guéguerres autour d'un nid, les glissades sur la neige, les démarches empotées, les parents nourrissant leur petit ou les petits coursant ces derniers en réclamant leur pitance, le gravissement d'obstacles, les marches en groupe, les regards curieux, les plongeons, le marsouinage, la sortie de l'eau et plein d'autres choses encore...

Rien à voir donc avec les phoques et autres otaries définitivement plus "statiques" !

manchot papou 05.JPG

On dit des manchots qu'ils "marsouinent"

manchot papou 04.JPG

manchot papou 08.JPG

Les manchots sont une grande famille bien disparate. En fait, le seul point commun à tous est de vivre uniquement dans l'hémisphère sud, généralement dans les iles sub-antarctiques (Shetlands, Orcades Géorgie, Crozet, Kerguelen, Sandwich, etc...), mais aussi plus au nord (Argentine, Chili ou Pérou) et carrément jusqu'à l'équateur, comme le manchot des Galapagos.

Cette famille (les spheniscidae) se subdivise en 6 genres et 18 espèces. Certaines de ces espèces comptent plusieurs millions d'individus (18M de gorfous dorés, 14M de manchot à jugulaire, 4M de manchot royaux, 2M de manchot de Magellan, etc...) alors que d'autres sont carrément en voie de disparition.

Quand à la reproduction, toutes ont leur cycle au printemps et en été (généralement sur les îles sub-antarctiques plus clémentes), alors que le manchot empereur choisit le cœur de l'hiver et uniquement le continent blanc !

En ce qui nous concerne, ce sont les trois espèces du genre Pygoscelis que nous avons eu le bonheur de découvrir durant ce voyage dans la proportion (subjective) suivante : 85% de papou, 10% de jugulaire et 5% d’Adélie. Ce qui peut d'ailleurs paraitre surprenant quand on sait que leur population globale est presque inversement proportionnelle (14M de jugulaire, 5M d'Adélie et seulement 600 000 manchots papou !).

manchot papou 06.JPG

manchot papou 09.JPG

(Antarctique, février 2015)

manchot papou 10.JPG

manchot papou 12.JPGmanchot papou 11.JPG

29/03/2015

La fantasmagorique Ile de la Déception

île de la déception 02.JPG

(Ile de la Déception, février 2015)

île de la déception 01.JPG

Carte du sud.JPG

La plupart des croisières "Antarctiques" vous amènent directement d'Ushuaïa à la péninsule. Si vous avez plus de temps (et plus de moyens), vous pouvez opter pour un tour de trois semaines qui vous fera découvrir les Malouines, la Géorgie du sud ou bien encore les Orcades...

île de la déception 03.JPG

île de la déception 04.JPG

(Ile de la Déception, février 2015)

île de la déception 05.JPG

La veille de ce cinquième et dernier jour en Antarctique, devant l'imminence d'une dépression qui allait balayé les côtes de la péninsule, notre capitaine choisit de précipiter notre remontée en direction du Drake ; au petit matin, Déception était en vue...

Ile_de_la_Deception.jpgL'île, qui fait partie de l'archipel des Shetlands du sud, est particulière à bien des égards. On ne connait pas avec certitude l'origine de son nom. "Deception" signifiant en anglais "tromperie" ou bien "trahison", ce pourrait venir du fait que l'île cache bien son "entrée", ou bien encore à cause de l'éminence rocheuse (le "Raven rock") qui se trouve au beau milieu de ladite entrée mais à quelques mètres sous le niveau de la mer,... et donc invisible !

L'ïle de la Déception est en fait une caldéra d'une douzaine de kilomètres de large qui s'est formée il y a environ 10 000 ans, suite à l'effondrement d'un volcan sur lui-même : sa "matière" fut repoussée tout autour (jusqu'à plus de 500 mètre de hauteur tout de même!), ne laissant en son centre qu'une vaste et plate dépression. Une faille au sud (les Forges de Neptune) permit à l'eau d'ensuite s'y engouffrer...

L'activité sismique et volcanique n'a jamais vraiment cessée depuis... 

île de la déception 07.JPG

île de la déception 06.JPG

île de la déception 08.JPG

(Ile de la Déception, février 2015)

île de la déception 09.JPG

Un manchot à jugulaire

île de la déception 10.JPG

île de la déception 11.JPG

île de la déception 12.JPG

île de la déception 13.JPG

Un goéland dominicain

île de la déception 14.JPG

(Ile de la Déception, février 2015)

île de la déception 15.JPG

île de la déception 17.JPG

Connue et fréquentée dés le début du 19e siècle par les marins qui y trouvaient refuge, l'île attira vite, grâce à sa situation géographique et ses caractéristique bien particulières, d'abord les phoquiers, puis les baleiniers qui y mouillaient leurs navires-usine.

Une véritable industrie se mit alors en place au début du 20e siècle, avec la construction de chaudières et d'énormes citernes afin de fabriquer et conserver cette huile alors indissociable du développement des villes occidentales.

En 1931, lors de la grande dépression, devant la conjonction de la baisse du prix de l'huile de baleine et de la mise au point de nouvelles technologies, ces impressionnantes installations qui avaient à peine 20 ans furent tout simplement abandonnées !

En 1944, lors de l'Opération Tabarin, les britanniques occupèrent l'île ; officiellement pour des objectifs liées à la Seconde guerre mondiale, mais certainement aussi, plus pragmatiquement, pour des raisons géo-politique de revendication des îles du coin. Une occasion de reconduire les argentins à la porte...

Après la fin de la guerre et suite au traité sur l'Antarctique de 1959, l'île de la Déception redevint une terre "consensuelle" accueillant des bases scientifiques, britannique et chilienne. L’accalmie fut toutefois de courte durée : deux éruptions volcaniques, en 1967 puis en 1969, détruisirent ces bases jusqu’à recouvrir de lave le cimetière ou était inhumés 45 personnes...

C'en était fini d'une occupation permanente de cette île décidément peu accueillante : seule ne subsiste aujourd'hui qu'une petite base estivante, l' espagnole Gabriel de Castille.

île de la déception 18.JPG

île de la déception 16.JPG

île de la déception 20.JPG

(Ile de la Déception, février 2015)

île de la déception 19.JPG

27/03/2015

Le musée / bureau de poste de Port Lockroy

Port Lockroy 01.JPG

(Port Lockroy, février 2015)

Port Lockroy 02.JPG

Port Lockroy 04.JPG

Port Lockroy 03.jpg

C'est toujours un émerveillement de voir nager les manchots !

Port Lockroy 06.JPG

Avant de nous rendre sur la petite île Goudier, nous découvrons les alentours : de nouveau d’innombrables manchots papou, mais aussi de nombreux ossements qui nous rappellent l'époque pas si lointaine des baleiniers.

Port Lockroy 05.JPG

Port Lockroy 07.JPG

Un cormoran royal

Port Lockroy 08.JPG

Port Lockroy 09.jpg

(Port Lockroy, février 2015)

Port Lockroy 10.JPG

Port Lockroy 11.jpg

Port Lockroy 12.JPG

En cet après-midi du quatrième jours, nous poursuivons notre remontée vers le nord sur une bonne cinquantaine de kilomètres au cours de laquelle nous retraversons le Canal Lemaire. Nous jetons l'ancre au large de l'ïle Goudier qui abrite l'ancienne base scientifique de Port Lockroy, aujourd'hui transformée en musée et en... bureau de poste !

L'île est très petite (moins de 1 km²) et les bâtiments plus encore ! C'est pourquoi  seules 60 personnes au maximum peuvent y débarquer à la fois. Une partie donc des passagers ira en attendant découvrir la Pointe Jouglas voisine, ses ossements de baleines et ses... manchots!

Cocorico : contrairement à ce que l'on pourrait penser, le nom de cette base britannique n'a pas été donnée par les anglais : en effet Édouard Lockroy fut un homme politique et journaliste français, né à Paris en 1838. Parlementaire et plusieurs fois ministre (notamment de la Marine), il avait aidé Charcot à la réalisation de son premier hivernage... (Lockroy est en fait le pseudonyme qu'avait pris son père, comédien et dramaturge, pour ne pas froisser son propre père, un général d'Empire !)

Le site de Port Lockroy fut un lieu de rendez-vous de baleiniers avant que les britanniques décident d'y construire secrètement la "Base A" en 1944. De la fin de la guerre jusqu'à 1962, le site retournera dans le giron civil (et bien sûr scientifique) avant d'être définitivement abandonné.

C'est en 1996 qu'il fut décidé de sa restauration et de sa transformation en musée. Ce sont  aujourd'hui (en partie) les bénéfices du bureau de poste et du magasin de souvenirs (près de 18 000 touristes passent ici à chaque saison!), qui permettent de garder ouverte cette base environ cinq mois dans l'année...    

Port Lockroy 13.JPG

Port Lockroy 15.JPG

(Port Lockroy, février 2015)

Port Lockroy 14.JPG

Port Lockroy 18.jpg

Port Lockroy 16.JPG

Port Lockroy 17.JPG

Prière de ne pas se tromper de gratte-bottes !

Port Lockroy 19.JPG

Plus de 70 000 lettres ou cartes postales sont envoyées chaque année à partir de Port Lockroy. Ce service dépend de la poste anglaise, la Royal Mail, qui achemine les plis dans près de 100 pays ; il faut compter entre 2 et 6 semaines de patience pour les heureux destinataires...

Port Lockroy 20.JPG

Le "bureau de poste" et l'un des trois préposés qui cachette à tour de bras... (Seul en effet trois salariés-aventuriers sont choisis chaque année pour venir vivre ici une incroyable expérience rémunérée 1.300 euros, nourri, logé, blanchi !).

Port Lockroy 21.JPG

Port Lockroy 22.jpg

(Port Lockroy, février 2015)

Port Lockroy 24.JPG

Plusieurs salles ont été restaurées. On y découvre le quotidien de ces hommes qui ne devaient pas être plus d'une dizaine à vivre l'hivernage...

Port Lockroy 23.JPG

18) Port Lockroy 25.JPG

25/03/2015

L' île Petermann

Ile petermann_02.JPG

(Ile Petermann, Antarctique, février 2015)

Ile petermann_01.JPG

Ile petermann_03.JPG

Ce refuge de secours a été construit par les argentins en 1955.

Ile petermann_04.JPG

Ile petermann_06.JPG

Un phoque de Wedell

Ile petermann_05.JPG

La petite île de deux kilomètres de long et dont la moitié est recouverte de glace abrite (entre autre) une colonie d'environ 3 000 couples de manchots papous.

Ile petermann_07.JPG

(Ile Petermann, Antarctique, février 2015)

Ile petermann_08.JPG

Ile petermann_09.JPG

17) Ile petermann_09b.JPG

Cette croix commémore le décès de trois membre de la British Antarctic Survey survenu en 1982.
Ile petermann_10.JPG

Ile petermann_11.JPG

Ile petermann_15.JPG

Le Plancius mouille à Port Circoncision ; ce nom a été donné par Jean-Baptiste Charcot lors de son hivernage de 1909 et correspond à une fête religieuse célébrée alors le 01 janvier l

Ile petermann_12.JPG

En ce troisième jours, nous avons déjà, d'une certaine façon, entamé le chemin du retour. Tout en remontant plein nord vers le Canal Lemaire, nous jetons l'ancre dans la même baie de l'île Petermann où Charcot fit son hivernage en 1909 à bord du "Pourquoi pas ? IV" , lors de sa seconde expédition en Antarctique.

Trois jours déjà que nous avons mis les pieds pour la première fois sur le continent. Nous nous sommes habitués au climat, assez doux en somme, et les manchots font maintenant partie de notre quotidien ! Bien sûr nous voyons ici et là d'autres colocataires (phoques, baleines, labbes ou cormoran) mais c'est bien les "pinguins" qui occupent le terrain et font le spectacle.

C'est vraiment un pur bonheur de les observer vaquer à leurs tâche : marcher, courir, nager, glisser, nourrir leur petit, se chamailler, s'appeler ou nous jauger ; le spectacle est de tout les côtés.

La météo est également avec nous ce jour là, avec un vent presque nul et de très belles éclaircies. Nous resterons près de trois heures sur ce petit cailloux d'à peine deux kilomètres de long !

Ile petermann_13.JPG

Ile petermann_14.JPG

(Ile Petermann, Antarctique, février 2015)

Ile petermann_16.JPG

Un Adélie ajoutant une pierre à son nid...

Ile petermann_18.JPG

C'est également sur l'Ile Petermann que nous aurons le loisir de découvrir notre plus belle colonie de manchots Adélie, facilement reconnaissable avec sa livrée blanche et noire ; noir comme leur bec.

On aperçoit également souvent une partie du 'blanc" de leur l’œil, ce qui leur donne un regard assez étonnant...

Ile petermann_17.JPG

Ile petermann_19.JPG

Ile petermann_20.JPG

Ile petermann_21.JPG

Ile petermann_22.JPG

Ile petermann_25.JPG

(Ile Petermann, Antarctique, février 2015)

Ile petermann_24.JPG

Ile petermann_23.JPG

23/03/2015

El Parque de la Memoria

parque memoria buenos aires 01.JPG

"Penser est un acte révolutionnaire"

parque memoria buenos aires 02.JPG

(Parque de La Memoria, mars 2015)

parque memoria buenos aires 03.JPG

parque memoria buenos aires 04.JPG

El Parque de la Memoria (Parc de la Mémoire) à été inauguré en 2001 ; il se trouve à quelques centaines de mètres au nord de l'aéroport national Aeroparque Jorge Newbery .

Ce mémorial est un hommage aux milliers de victimes de la dictature militaire qui sévit en argentine entre les années 1976 et 1983.

On y trouve écrit tout au long de murs qui n'en finissent pas la triste liste de 10 700 noms de victimes ; des personnes assassinées. détenues, ou encore à ce jour disparues...

Ce parc mémoriel, en bordure du Rio de la Plata, accueille également un grand nombre de sculptures contemporaines...

parque memoria buenos aires 05.JPG

Un adducteur de la fin du 19e qui transportait l'eau du Rio jusqu'à la ville de Buenos aires...

parque memoria buenos aires 07.JPG

(Parque de La Memoria, mars 2015)

parque memoria buenos aires 06.JPG

La liste des victimes de la dictature...

parque memoria buenos aires 09.JPG

En arrière plan, la faculté d'architecture de Buenos Aires

parque memoria buenos aires 08.JPG

parque memoria buenos aires 10.JPG

(Parque de La Memoria, mars 2015)

parque memoria buenos aires 11.JPG

22/03/2015

La base ukrainienne Vernadsky

16) Base Vernadsky 01.JPG

(Février 2015)

16) Base Vernadsky 02.JPG

Un léopard de mer sur son glaçon.

16) Base Vernadsky 03.JPG

16) Base Vernadsky 04.JPG

16) Base Vernadsky 05.JPG

16) Base Vernadsky 06.JPG

Un phoque de Wedell.

16) Base Vernadsky 07.JPG

16) Base Vernadsky 08.JPG

En cet après-midi de notre troisième jour en Antarctique, nous allons atteindre la limite sud de notre périple, à exactement 66°15' Sud. Nous ne sommes alors plus qu'à 145 km du cercle polaire antarctique (66°30') mais encore à 2 760 km du pôle !

La station ukrainienne Akademik Vernadsky, est située dans l'archipel Argentine. C'est l'une des 70 bases (environ) qu'abrite le continent et que se partagent une trentaine de pays. Certains en entretiennent plusieurs, dont en premier lieu ceux qui ont des revendications territoriales - à savoir le Chili, L'argentine, la Norvège, le Royaume-Uni, la France, l'Australie et la Nouvelle Zélande - mais également d'autres comme les USA, la Russie, Le Japon, l’Allemagne ou l'Italie.

Si l'Inde ou le Brésil participent de cette aventure, il est plus surprenant d'apprendre que la Roumanie, la Bulgarie, la Pologne, le Pérou, l’Équateur ou même l'Uruguay ont également une base scientifique en Antarctique ! 

DSC_2812.JPG

La station originelle fut établie par les britanniques dès 1947 ; il en subsiste l'abri principal, la "Wordie House", aujourd'hui transformé en un petit musée. Les nouveaux bâtiment furent construit en 1954 à quelques centaines de mètres de là.

C'est en 1996 que l'Ukraine reprit en charge la base pour une Livre symbolique en échange de la continuité du programme scientifique (météorologie, glaciologie, sismologie et plein d'autres matière en "gie") engagé jusque là par les britanniques. La station "Faraday" devint "Vernadsky"...

La base, construite sur des fondations de roche, est composée de neuf bâtiments. elle accueille 24 personnes en été mais seulement 12 durant l'hivernage. On trouve, en plus des chambrées et des lieux collectifs (cuisine, salle à manger, bar, bibliothèque, etc...), une salle médicalisée, des laboratoires et autres lieux de travail ou de stockage...

A l'attention des touristes qui passent par là (et afin d'arrondir les fins de mois), les ukrainiens proposent également quelques souvenirs à emporter, un service postal (délai de réception estimé de 2 à 3 mois !), ou même un petit remontant au bar...

16) Base Vernadsky 09.JPG

16) Base Vernadsky 10.jpg

Probablement l'une des chapelles orthodoxes les plus australes du monde...

16) Base Vernadsky 11.JPG

16) Base Vernadsky 12.jpg

16) Base Vernadsky 13.JPG

Le ponton d'accueil...

16) Base Vernadsky 14.jpg

16) Base Vernadsky 15.JPG

(Base Akademik Vernadsky, février 2015)

16) Base Vernadsky 16.jpg

16) Base Vernadsky 17.JPG

16) Base Vernadsky 18.JPG

Le bar (notez les soutiens-gorge sur la droite !!!)

16) Base Vernadsky 19.JPG

Stade de foot ou bassin de water polo pour manchot ?

16) Base Vernadsky 20.JPG

A quelques centaines de la base actuelle se trouve celle d'origine (1947), maintenant transformée en un petit musée...

16) Base Vernadsky 21.JPG

La "Wordie" house...

16) Base Vernadsky 22.jpg

16) Base Vernadsky 23.JPG

16) Base Vernadsky 26.JPG

16) Base Vernadsky 25.JPG

(Février 2015)

16) Base Vernadsky 24.JPG

20/03/2015

Le Canal Lemaire et Port Charcot

Canal Lemaire Port Charcot 01.JPG

Un Cormoran royal

15) Canal Lemaire Port Charcot 02b.JPG

 Le Canal Lemaire, long de 11km (et parfois large de seulement de 1,6km), est entouré de montagnes hautes de plus de 1000 mètres. Il ne fut franchi la première fois qu'en décembre 1898 par le "Belgica", le navire de la célèbre expédition du Belge Adrien de Gerlache. Ils seront cette année là (le trois-mâts et son équipage), les premiers à effectuer un hivernage complet en Antarctique  !

C'est De Gerlache qui nomma le canal en l'honneur d'un autre célèbre explorateur belge, Charles Lemaire (qui lui, soit dit en passant, n'explora principalement que le Congo !).

Canal Lemaire Port Charcot 03.JPG

(Canal Lemaire, février 2015)

Canal Lemaire Port Charcot 05.JPG

Avant (et après) chaque débarquement, nous passons nos bottes dans un bain aseptisant afin de les débarrasser de tout risque de contamination...

Canal Lemaire Port Charcot 06.JPG

Dix zodiacs nous permettent d'effectuer rapidement les aller-retour jusqu'au rivage.

Canal Lemaire Port Charcot 04.JPG

Canal Lemaire Port Charcot 07.JPG

Canal Lemaire Port Charcot 08.JPG

(Baie de la Salpêtrière, février 2015)

Canal Lemaire Port Charcot 09.JPG

En ce matin de notre troisième jour dans les terres australes, après avoir emprunté le Canal Lemaire, nous jetons l'ancre à Port Charcot, le lieu du premier hivernage français en Antarctique en 1904.

Cette année là, le capitaine à bord de la goélette " Le Français" (construite pour l'occasion à Saint-Malo) n'est autre que Jean-Baptiste Charcot, docteur en médecine, champion de France de rugby, médaillé olympique en voile, mais aussi explorateur et aventurier dans l'âme.

Il va devenir pour la postérité le père des missions polaires françaises en Antarctique.

Il donnera le nom de Port Charcot et de Baie de la Salpêtrière à cette partie de l'Ile Booth en l'honneur de son père, Jean-Martin Charcot, célèbre neurologue à l'origine de l'Ecole de la Salpêtrière.

Canal Lemaire Port Charcot 11.JPG

Un papou et ses deux poussins...

Canal Lemaire Port Charcot 10.JPG

Canal Lemaire Port Charcot 13.JPG

Canal Lemaire Port Charcot 12.JPG

Canal Lemaire Port Charcot 14.JPG

Le fameux "caïrn", dressé par l'équipage du "Français" en 1904, est encore vaillant...

Canal Lemaire Port Charcot 15.JPG

Canal Lemaire Port Charcot 16.JPG

Manchot à jugulaire

Canal Lemaire Port Charcot 18.JPG

Canal Lemaire Port Charcot 17.JPG

Skua (ou grand labbe)

Canal Lemaire Port Charcot 19.JPG

Canal Lemaire Port Charcot 20.JPG

(Baie de la Salpêtrière, février 2015)

Canal Lemaire Port Charcot 21.JPG

18/03/2015

La Baie Paradis et la base argentine Brown

Baie Paradis Base argentine Brown _01.JPG

(Baie Paradis, février 2015)

Baie Paradis Base argentine Brown _03.JPG

Baie Paradis Base argentine Brown _02.JPG

Baie Paradis Base argentine Brown _04.JPG

Baie Paradis Base argentine Brown _05.JPG

Baleines à bosse

Baie Paradis Base argentine Brown _06.JPG

Baie Paradis Base argentine Brown _07.JPG

Baie Paradis Base argentine Brown _08.JPG

Baie Paradis Base argentine Brown _09.JPG

Baie Paradis Base argentine Brown _10.JPG

Baie Paradis Base argentine Brown _11.JPG

Baie Paradis Base argentine Brown _12.JPG

Baie Paradis Base argentine Brown _13.JPG

En cet après-midi du 2e jour, le bateau a jeté l'ancre dans la bien nommée baie Paradis.

Nous allons, à tour de rôle, faire un tour en zodiac (et pouvoir admirer moult baleines à bosse qui s'approchent vraiment très très près de nous, mais également de très nombreux léopards de mer se prélassant sur leur glaçon), ou bien mettre de nouveau le pied sur le continent, à la hauteur de la base argentine Brown en ce moment en "rénovation".

Baie Paradis Base argentine Brown _14.JPG

Baie Paradis Base argentine Brown _15.JPG

Base scientifique Almirante Brown

Baie Paradis Base argentine Brown _16.JPG

Baie Paradis Base argentine Brown _17.JPG

Baie Paradis Base argentine Brown _18.JPG

Baie Paradis Base argentine Brown _20.JPG

Baie Paradis Base argentine Brown _19.JPG

Baie Paradis Base argentine Brown _21.JPG

Baie Paradis Base argentine Brown _22.JPG

Et encore de paisibles (je ne m'approcherais pas trop tout de même !) léopards de mer...

Baie Paradis Base argentine Brown _23.JPG

Baie Paradis Base argentine Brown _24.JPG

Baie Paradis Base argentine Brown _25.JPG

Baie Paradis Base argentine Brown _26.JPG

Baie Paradis Base argentine Brown _27.JPG

Baie Paradis Base argentine Brown _29.JPG

Baie Paradis Base argentine Brown _30.JPG

Baie Paradis Base argentine Brown _31.JPG

Ces manchots sont à eux seuls un vrai spectacle : qu'il marchent, plongent ou nagent, c'est le bonheur garanti...

Baie Paradis Base argentine Brown _32.JPG

Une énergique élégance !

Baie Paradis Base argentine Brown _33.JPG

Baie Paradis Base argentine Brown _28.JPG

Quoi de mieux qu'un asado sur le pont arrière du bateau pour parfaitement terminer notre journée !

14) Baie Paradis Base argentine Brown _34.JPG

 

17/03/2015

L'otarie à fourrure antarctique (ou otarie de Kerguelen)

otarie à fourrure 01.JPG

otarie à fourrure 02.JPG

(Péninsule Antarctique, février 2015)

otarie à fourrure 04.JPG

otarie à fourrure 05.JPG

otarie à fourrure 06.JPG

On trouve généralement l'otarie à fourrure antarctique beaucoup plus au nord (à plus de 2000km de là!), depuis l'archipel de la Géorgie du Sud (où se reproduit plus de 90% de l'espèce!) jusqu'à celui des Kerguelen.

Chassée pour sa fourrure tout au long des 18e et 19e siècles, l'espèce avait bien failli disparaitre : seule une colonie subsistait sur l'île Bird au début du 20e siècle. Grâce, dans un premier temps, au fait qu'on croyait qu'elle avait disparue, puis dans un second temps aux conventions multiples qui protègent depuis plus de 50 ans l'ensemble de ces territoires, le cheptel s'est depuis très largement reconstitué. On évolue aujourd'hui sa population entre 2 et  4 millions d'individus, au point que certains se demandent si il ne faudrait pas freiner un peu son expansion...

Avec un poids entre 60 et 120 kg pour les mâles et entre 30 et 50 kg pour les femelles, c'est peu dire que le dimorphisme de cette espèce est évident. L’otarie de Kerguelen se nourrit exclusivement de krill et de poisson qu'elle va généralement chercher entre 40 et 80 mètres de profondeur. Son espérance de vie se situe entre 15 et 25 ans.

L'otarie se distingue principalement de son cousin le phoque, à la fois par ses "oreilles" apparentes, mais également par ses membres antérieurs plus développés qui lui permettent de "marcher" alors que le phoque se contente de ramper !

otarie à fourrure 07.JPG

otarie à fourrure 08.JPG

otarie à fourrure 09.JPG

otarie à fourrure 10.JPG

otarie à fourrure 12.JPG

(Péninsule Antarctique, février 2015)

otarie à fourrure 13.JPG

otarie à fourrure 11.JPG

16/03/2015

Un Français cache sa femme russe dans sa valise pour passer la frontière : coup de gueule !

hello-kitty-valisette-goûter.jpg

J'ai été interpellé aujourd'hui par cette rocambolesque histoire relatée, excusez du peu, par l'AFP, Le Figaro et de très nombreux autres titres en ligne :

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2015/03/16/97001-20150316FILWWW00157-il-cache-sa-femme-russe-dans-sa-valise.php

http://www.ledauphine.com/france-monde/2015/03/16/un-francais-cache-sa-femme-russe-dans-une-valise-pour-entrer-en-pologne

http://www.lanouvelletribune.info/insolite/23162-pologne-un-francais-cache-sa-femme-dans-une-valise-pour-passer-la-frontiere

http://sixactualites.fr/son-epouse-russe-dans-une-valise-un-francais-veut-passer-la-frontiere/11125/

http://www.ladepeche.fr/article/2015/03/16/2067871-pologne-francais-cache-femme-russe-valise-passer-frontiere.html

etc, etc...

Où il est dit et redit que ce couple était bien stupide de voyager dans une si inconfortable position (enfin, surtout elle !) car si "son épouse avait voyagé assise à côté de lui", elle aurait pu entrer sans formalité dans l'espace Schengen.

Mais ça, c'est seulement un ramassis de conneries bêtises, répétée à l'envie !

ALORS PRÉCISION : OUI, sa femme russe avait bien besoin d'un visa "Schengen", et NON, elle ne l'avait pas obtenu. D'où ce stratagème ridicule...

La preuve par ce formulaire en ligne du Consulat Français en Russie : court séjour :_conjoint_de_francais_fr-2.pdf

Je n'ai trouvé malheureusement trouver qu'un seul site à relayer la "vraie" vérité :

http://fr.rbth.com/en_bref/2015/03/16/un_francais_qui_avait_cache_son_epouse_russe_dans_une_valise_arrete_e_33117.html

Alors faites gaffe, le Net est parfois affligeant.... même si c'est seulement pour rire un bon coup...

22:49 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0)

15/03/2015

Port Neko

Port Neko 01.JPG

Port Neko 02.JPG

Port Neko 03.JPG

En cette matinée du deuxième jours sur le continent blanc, nous sommes encore un peu plus au sud. Le Plancius à jeté l'ancre à Port Neko dans la superbe baie d'Andvord où se déversent de nombreux glaciers.

Port Neko tient son nom d'un baleinier qui dans les années 1920 venait à chaque saison de pêche s'y mettre à l'abri.

Une nouvelle occasion de découvrir la vie d'une colonie de papou qui, inlassablement, font le chemin de la mer au nid pour y nourrir leur progéniture.

Les photos ne rendent bien sûr pas le vacarme incessant ni les odeurs peu ragoutantes que nous finissons d'ailleurs par oublier...

Port Neko 05.JPG

Port Neko 06.JPG

(Février 2015)

Port Neko 07.JPG

Port Neko 08.JPG

Là, c'est indéniablement ce visiteur un peu distrait qui va devoir laisser le passage à ces trois manchots bien décidés et nullement impressionnés !

Port Neko 09.JPG

Port Neko 10.JPG

Nous délaissons un moment les papous pour, à notre tour, profiter de cette superbe vue sur le glacier...

Port Neko 11.JPG

Port Neko 12.JPG

Le labbe n'est jamais très loin...

Port Neko 14.JPG

Pour parcourir plusieurs fois par jour le chemin qui mène du bord de l'eau jusqu'à leur nid, généralement situé un peu plus en hauteur, le manchot emprunte des "autoroutes" tracées par ses ses coreligionnaires.

Port Neko 13.JPG

Port Neko 16.JPG

Les manchots muent chaque année. En attendant leur nouveau plumage, ils ne peuvent plus aller se nourrir en mer et passent donc par une période de jeûne obligée.

Port Neko 15.jpg

Une maman papou régurgite du poisson (sous forme de bouillie) pour nourrir son petit...

Port Neko 17.JPG

(Février 2015)

13/03/2015

Le léopard de mer

leopard de mer 1.JPG

(Février 2015)

leopard de mer 2.JPG

Le léopard des mer, "seigneur des glaces", fait partie des cinq espèces de phoques présents en Antarctique (avec ceux de Ross et de Wedell, le crabier et l'éléphant de mer).

S'il n'est pas le "super-prédateur" des mers australes (il sert parfois de dessert à l'orque!), ce n'est pas non plus un tendre de l'avis même des juvéniles d'autres espèces de phoques ni des manchots qui représentent respectivement 35% et 10% de son régime alimentaire, le reste étant couvert par le krill (45%) et quelques poissons (10%)...

leopard de mer 3.JPG

leopard de mer 4.JPG

Il se démarque des autres phoques, lourds et gras, par un corps plus "reptilien" et une tête puissante (dont la mâchoire comporte seize jolies dents) ; il fait penser, c'est selon, à un serpent, un dinosaure ou à Casimir (oui, celui de l'île aux enfants !).

Fait plutôt rare chez les mammifères, c'est la femelle qui est généralement plus grosse que le mâle (jusqu'à 4 mètres pour 500 kilos). Elle met au monde, après neuf mois de gestation, un petit "léopardeau" qui pèse déjà 30 kilos à la naissance ; elle l'allaitera pendant un mois et l'élèvera seule... 

leopard de mer 5.JPG

09b) Port Lockroy_244b.JPG

On recense très peu d'attaques de léopard envers l'homme (bon il y a quand même, en 2003, une plongeuse qui s'est faite entrainée par le fond et sans doute mangée toute crue).

Nous avons par contre été témoins de la vaine attaque d'un de ces phoques s'en prenant à ce kayak bleu qu'il a tenté de mordre à plusieurs reprises. Nos guides nous a raconté qu'un de ses condisciples avait réussi à crever un boudin de zodiac l'an passé !

09b) Port Lockroy_246bbb.JPG

leopard de mer 6.JPG

Le Léopard de mer doit son nom à sa vélocité, à sa férocité, et seulement accessoirement aux tâches sur son pelage. C'est un animal assez méconnu (même si on estime sa population à environ 300 000 individus), vu que son observation est très difficile en ces terres inhospitalière et inaccessibles en hiver.

C'est un phoque assez solitaire, et ne vit pas en colonie comme ses cousins les éléphants de mer. Si l'espèce, qui réside également au large des côtes australiennes, néo-zélandaises et sud-africaines, n'est absolument pas menacée, elle est cependant protégée en Antarctique par la "convention pour la protection des phoques de l'Antarctique".

leopard de mer 7.JPG

(Février 2015)

leopard de mer 8.JPG

11/03/2015

Danco Island

Danko Island 01.JPG

(Danko Island, février 2015)

Danko Island 03.JPG

Danko Island 02.JPG

Danko Island 06.JPG

Danko Island 04.JPG

Baleines...

Danko Island 05.JPG

Danko Island 07.JPG

Danko Island 08.JPG

En ce premier après-midi en Antarctique, après avoir naviguer dans le Détroit de Gerlache, nous accostons sur l'île Danko. Il neige légèrement et le ciel reste très couvert, mais nous commençons toutefois à nous habituer à cette belle lumière.

Certes il n'y a pas beaucoup de ciel bleu, mais la variété d'animaux que nous rencontrons en seulement quelques heures (baleines à bosse, rorqual, phoques léopard et de Wedell, otaries à fourrure, manchots papous et à jugulaire, cormorans royaux) nous le fait rapidement oublier.

Il ne fait pas très froid (quelque chose entre 0° et 5°) et le vent est totalement tombé.

Tout les sommets alentours sont recouverts d'une espèce de brume qui nous empêche de totalement délimité l'espace ; nous flottons comme dans un rêve plutôt doux et savourons notre chance de nous retrouver là...

Danko Island 09.JPG

Otaries à fourrure

Danko Island 10.JPG

Danko Island 11.JPG

Danko Island 13.JPG

Phoque léopard

Danko Island 12.JPG

Danko Island 14.JPG

Danko Island 15.JPG

Manchots papous

Danko Island 17.JPG

Danko Island 16.JPG

Danko Island 18.JPG

Danko Island 20.JPG

Phoque de Wedell

Danko Island 21.JPG

Danko Island 22.JPG

Danko Island 19.JPG

Manchot à jugulaire

Danko Island 23.JPG

(Février 2015)

Danko Island 24.JPG

10/03/2015

RIP

0.JPG

 

Le drame est survenu hier, lundi 9 mars : deux hélicoptères affrétés à l'occasion du déroulement d'un jeu de télé-réalité (Dropped) se sont télescopés dans les airs ; les huit passagers étaient Français et les deux pilotes Argentins ; tous sont décédés.

L'émotion est évidemment très forte en France puisque que trois champions sportifs étaient à bord : Florence Arthaud, Camille Muffat et Alexis Vastine.

Je n'ai bien sûr rien à ajouter à ce dont la presse française et argentine se sont largement fait l’écho (ICI et LA), mais simplement dire ma tristesse devant ce stupide accident.

Il y a juste un an (le 12 mars 2014), je passais juste à quelques mètres des lieux de la tragédie, (le stade de foot du gros bourg -moins de 2000 habitants-) de Villa Castelli, qui se situe à mi-chemin entre Villa Unión et Vinchina, la porte d'entrée de la superbe réserve provinciale de la Laguna Brava.

 

23:57 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0)

09/03/2015

Portal Point, Baie Charlotte

09) Portal Point_02b.JPG

(Février 2015)

Portal Point_03.JPG

Portal Point_04.JPG

(Baie Charlotte, Portal Point, février 2015)

Portal Point_05.JPG

Un petit pas pour....etc.... :)

Portal Point_06.JPG

Portal Point_07.JPG

J'ai fait trop de photos ! C'est ballot...

Et puis je ne sais pas encore vraiment comment vous les présenter !

Alors je vais y aller doucement, parce qu'il faut bien que j'avance. Il y aura forcément quelques redites (eh oui, ces papous sont partout !) pour lesquelles je vous demande déjà un peu d'indulgence...

Portal Point, c'est là ou nous avons mis la première fois un pied sur le continent : après plus de deux jours sur le bateau, il nous tardait en effet de nous dégourdir les jambes !

Le cadre était posé : un ciel chargé mais avec une superbe lumière et plein d'animaux qui allaient vite nous émerveiller...

Portal Point_08.JPG

Je vous présente ci-dessous mes nouveaux amis de quelques jours, les fameux manchots, que nous allons découvrir par milliers. C'est assez simple pour les reconnaître, surtout que le papou représente plus de 80% d'entre eux !

Portal Point_09.JPG

Le manchot "papou" a un bec (et accessoirement des pattes) orange, et surtout deux tâches blanches au-dessus des yeux !

Portal Point_10.JPG

Le manchot 'à jugulaire" a le bec noir et une "jugulaire" au niveau du cou. C'est le plus marrant de tous, car de face, on jurerait qu'il porte un casque sur la tête !

Portal Point_11.JPG

Le manchot "adélie" sera le plus rare de ceux que nous auront l'occasion de découvrir durant ce voyage. Il est tout simplement noir et blanc...

Portal Point_12.JPG

Le Skua ou "grand Labbe" est Le prédateur N°1 des manchots (en concurrence avec l'orque, dont je ne verrais pas l'ombre d'une dorsale!)

Portal Point_13.JPG

(Portal Point, février 2015)

07/03/2015

Le Passage de Drake

01.JPG

Albatros hurleur

02.JPG

Le Plancius quitte le port d'Ushuaïa

04.JPG

(Canal de Beagle, février 2015)

07.JPG

Les premières heures dans le Canal de Beagle sont consacrées à la découverte du navire, l'installation dans les cabines, ainsi qu'à une batterie d’exercices de sécurité...

09.JPG

Si tout allait vraiment très mal (syndrome Titanic), deux "embarcations de sauvetage" totalement insubmersibles sont en mesure d'accueillir l'ensemble des passagers.

10.JPG

En route pour le Drake et l'Antactique !

11.JPG

A la grande surprise de tous les spécialistes de la faune polaire à bord, nous croisons sur notre chemin un groupe de dauphins "aptère austral" (Lissodelphis peronii). C'est l'une des deux seules espèces (dans la famille "dephinidae" qui en compte 32) à ne pas posséder de nageoires dorsales ! 

12.JPG

14.jpg

15.JPG

(Février 2015)

15a.JPG

16.JPG

Mis à part de très rares (et tout aussi riches) visiteurs qui se font déposer en avion directement sur le continent antarctique, les touristes "classiques" doivent en passer par le Drake, un cauchemar pour de nombreux navigateurs !

Ce détroit, qui reste le plus court chemin pour aller du Cap Horn jusqu'aux premières îles de la péninsule antarctique (les Shetland du sud), a tout de même près de 900 km de large! Il nous faudra deux jours et demi pour le traverser, et autant pour le retour... 

A mi-chemin, nous rencontrons la "convergence antarctique", une bande de mer longue d'environ cinquante kilomètres où les eaux "chaudes" des océans Pacifique et Atlantique rencontrent celles plus froides de l'Océan Austral : en moins de deux heures, la température extérieure baisse de quelques degrés !

Le passage du Drake, à cause de ces courants qui peuvent parfois être violents, reste une source d'appréhension pour tous les marins qui s'y collent, même si on peut également le traverser de manière euphorique (jour 1 dans notre cas), assez calme (jour 2), ou plutôt secouée (jours 8 et 9, au retour!).

Mais ce détroit sait aussi parfois être beaucoup moins sympathique, ce que nous n'auront heureusement pas l'opportunité de tester.

20.JPG

Sir Francis Drake, à qui l'on a donné le nom du détroit, effectue la deuxième circumnavigation de la Terre entre 1577 et 1580.

En 1578, à la sortie du Détroit de Magellan, sa flotte est prise dans une terrible tempête qui déporte les navires beaucoup plus au sud. Il reste cependant peu probable que Drake ait atteint le Cap Horn, et encore moins le détroit qui porte aujourd'hui son nom !

19a.JPG

24.JPG

Au cours de cette première journée dans le Drake, on est plus près de "la croisière s'amuse" que de "tempête en haute mer" ! On en profite pour admirer le vol majestueux des albatros, qu'ils soient royaux, géants, hurleurs, ou à sourcils noirs....

22.JPG

Les albatros sont des animaux extraordinaires, en plus d'être les plus grands oiseaux du monde (jusqu'à 3,60 m d’envergure !). Excellent voiliers, ils passent 90% de leur temps en mer (En 2004, une étude a montré qu'un spécimen a parcouru 22 500 kilomètres en 45 jours sans se reposer une seule fois !). L'albatros est également un oiseau fidèle qui reste en couple parfois toute sa vie d'adulte, c'est à dire durant plus de 50 ans (le plus vieil albatros bagué a 70 ans!).

Malheureusement, à cause d'un taux de reproduction très faible et de menaces de plus en plus présentes (introduction par l'homme de prédateurs sur les îles de reproduction, pêche à la palangre, pollutions diverses -surtout le plastique-), de nombreuses espèces d'albatros sont aujourd'hui menacées d'extinction.

08) Le Drake 17.JPG

Albatros à sourcils noirs

35.JPG

36b.JPG

(Le Drake, Février 2015)

39.JPG

Le deuxième jour de la traversée du Drake est déjà nettement moins "bleu". On découvre les damiers du Cap et nos premières baleines...

40.JPG

42b.JPG

... en l’occurrence des rorquals communs qui viennent jouer pendant une dizaine de minutes à l’étrave du bateau. Il s’agit de la deuxième plus grosse baleine au monde après la baleine bleue : plus de 20 m de long et quelques 40 à 50 tonnes.

43.JPG

45.JPG

Trois très courtes vidéos en cadeau ! Je les ai prises au retour : elle vous donneront une petite idée de la mer "houleuse" (1), la même + le poste de pilotage (2), ou depuis le restaurant situé pourtant bien haut! (3).

 

05/03/2015

L'Antarctique, petit point histoire-géo (désolé, mais j'peux pas m'empêcher :)

Antarctique 1.jpg

Je vais tenter dans ce post de résumer rapidement ce qu’est l’Antarctique car, il faut bien l’avouer, les cartes peuvent parfois prêter à confusion (comme par exemple ci-dessus, où le continent semble s’étendre sur plus de 20 000 km !). 

articque antarctique.jpg

D’abord évacuons la différence entre l'Arctique (au nord) et l'Antarctique (au sud) qui n’ont de commun que leur superficie (environ 14 000 000 km² chacun), les rudes conditions climatiques qui y règnent et donc leur très faible population.

L’Arctique est, pour faire bref, une immense banquise (de 1,5 à 4 mètres d'épaisseur) qui flotte sur l’Océan Arctique.

Une partie de cette banquise est pérenne, c’est-à-dire qu’elle ne fond jamais ; son épaisseur est de 3 à 4 mètres. Tout autour existe une banquise saisonnière, qui fond l’été puis se reconstitue en hiver et dont l’épaisseur (qui baisse d’année en année) est comprise entre 1,50 et 2,50 mètres.

Les territoires en bordure de cet océan (c’est-à-dire se situant à l’intérieur -ou à proximité- des limites du cercle polaire) font également partie de ce que l’on dénomme généralement l’Arctique. Il s’agit de l’Islande, du Groenland et des parties les plus au nord de la Norvège, de la Suède, de la Finlande, de la Russie, du Canada et de l’Alaska (USA).

L’antarctique est , pour faire aussi bref, un continent recouvert d’une calotte de glace de 1 600 mètres d’épaisseur (en moyenne) et qui est cerné par l’Océan Austral.

Antarctique 4.jpg

C’est ce que l’on appelle un Islandis : une calotte polaire (qui peut atteindre ici jusqu’à 4 000 mètres d’épaisseur et qui repose sur un substrat rocheux (avec ses chaînes montagneuses, ses vallées, etc…)

Le continent regroupe environ 90% de la glace terrestre et près de 70% de l’eau douce de la planète. Si toute cette glace venait à fondre, le niveau des mers s’élèverait de 60 mètres !

Antarctique 2.JPG

Si on retourne un globe terrestre, l’Antarctique paraît bien loin de tout ; seul le sud de la Patagonie se trouve à moins de 2 000 kilomètres du continent blanc.

C’est l’endroit le plus froid de la terre (beaucoup moins le long des côtes), et on y relève régulièrement des températures à moins de 80°.

Antarctique 3.JPG

Peu de touristes ont l’occasion d’atteindre le cercle polaire antarctique. La plupart des "expéditions" se contentent de visiter l’extrémité de la péninsule en poussant au mieux jusqu'à la base Ukrainienne Vernadsky qui se trouve tout de même encore à plus de 2 800 kilomètres du pôle sud!

Antarctique 5.jpg

Voici justement le chemin qu’a parcouru notre bateau, le Plancius, entre le 6 et le 10 février dernier, à la pointe de la péninsule.

L’histoire de l’Antarctique est assez courte : après une vaine recherche par de nombreux navigateurs entre le 16 et le 18e siècle, il faudra attendre 1820 pour que le continent soit vraiment « découvert » et 1821 pour qu’un homme y pose le pied pour la première fois (même si la date de cet épisode est contesté).

Il se passe alors quelques années, surtout propices au chasseurs de phoques et de baleines, avant que des explorateurs et des scientifiques décident d’aller plus avant. L'impulsion sera donné par le français Dumont d’Urville en 1840, rapidement suivi par les américains puis les britanniques.

L’âge d’or (dit « héroïque ») de cette exploration se situe en entre 1895 et 1922, avec bien entendu la folle envie d’atteindre le pôle.

Le belge De Gerlache réalisera un premier hivernage complet en 1898, à bord du Belgica. Un de ses hommes à bord, le fameux norvégien Roald Admunsen, reviendra là quinze ans plus tard et sera le premier homme à rallier le pôle (en traîneau, le 14 décembre 1911).

Antarctique 6.jpg

La population de l’Antarctique se limite bien évidemment qu’aux seuls résidents de la cinquantaine de bases scientifiques (appartenant à une trentaine de pays) principalement construites le long des côtes.

Le nombre de ces résidents varie entre 5 000 en « été » et moins de 1 000 en hiver, quand le personnel est drastiquement réduit ou certaines bases tout simplement fermées.

La plus grande est la base américaine McMurdo (1000 personnes en été et 200 en hiver) et la plus petite est sans nul doute l’ancienne base militaire (puis scientifique) britannique de Port Lockroy, aujourd’hui transformée en musée / magasin de souvenir / bureau de poste et qui héberge 3 personnes en été afin de recevoir les touristes et oblitérer leurs cartes postales...

Pour terminer, l’Antarctique, malgré les vaines revendications territoriales de quelques pays, est protégé depuis 1959 par un traité reconnu par une cinquantaine d’état et qui stipule qu’il « continuera à être employé exclusivement à des fins pacifiques », chaque nation pouvant implanter une station où que ce soit sur le continent.

Les bases militaires, les essais nucléaires, les dépôts de produit toxiques, etc… y sont bien entendu totalement prohibés.