Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/06/2014

Colchani et Uyuni (jour 3)

Colchani 00.jpg

(Colchani, mai 2014)

Colchani 01.JPG

Colchani 02.JPG

Seule une rue du village est animée : elle reçoit d'ailleurs probablement tous les touristes qui viennent visiter le salar.

Colchani 04.JPG

(Colchani, mai 2014)

Colchani 05.JPG

Les autres rues sont déserte et pour le moins décrépies !

Colchani 06.JPG

Une cagoule traditionnelle de défilé...

 Colchani 03.JPG

Nous avions parcouru à l'aube près de 60 km pour rejoindre au beau milieu du Salar l'Ile Inca Huasi, et au moins autant au cours de la matinée pour arriver jusqu'à l’hôtel de sell près du monument commémoratif du Dakar ; le tout bien-sûr entrecoupé de nombreux arrêts pour profiter du paysage et prendre un tas de photos.

De là, il ne nous restait plus qu'une petite dizaine de kilomètres pour quitter l'immaculé et majestueux désert et rejoindre Colchani, un petit bourg de 500 habitants où était prévue notre halte déjeuner.

Ce village n'a définitivement aucun charme (sauf pour les fans de ruines, en sel ou en pisé), et rares sont les touristes à pousser plus loin que l'unique rue où se concentrent quelques gargotes et de nombreux stands de souvenirs.

Ici, mis à part la récolte du sel, l'unique industrie reste le tourisme. Même les trois ou quatre lamas ne trouvent rien à manger dans cet environnement inhospitalier où, parce qu’il  gèle la nuit pratiquement tout au long de l'année, rien ne pousse !

***

Après le déjeuner, nous prenons la direction d'Uyuni, la ville qui marque en quelques sorte la fin de ce voyage ; c'est en effet souvent là que les voyageurs choisissent un autre chemin : certains, comme moi, retournent au Chili, alors que d'autres poursuivent en bus jusqu'à Sucre, Potosi ou La Paz (en Bolivie), ou bien poussent jusqu'à la frontière argentine, 300km plus au sud.

Uyuni, fondée en 1890, a peut-être eu son heure de gloire, au milieu du siècle dernier, quand elle était le principal nœud ferroviaire du pays. Puis elle a décliné, tout comme le chemin de fer, avant de reprendre quelque couleur grâce au tourisme. Si la ville semble très pauvre (surtout quand on vient du Chili), elle a cependant un certain charme dû en partie (comme dans toute la Bolivie) à la singularité de ses habitants, de leur physique et de leur style vestimentaire...

***

Je n'aurais qu'un regret en quittant Uyuni, c'est d'être passé si près des deux plus belles ville de Bolivie : Potosí ne se trouve en effet qu'à 150 km de là, et Sucre 150km encore un peu plus loin.

Ces deux cités coloniales (classées au Patrimoine Mondial de l'Unesco), fondées au tout début du 16e siècles, ont parait-il gardé leur extraordinaire cachet. Potosí, qui s'est développée grâce aux mines d'argent était au 17e siècle, avec Mexico, la ville la plus peuplée d'Amérique Latine !

 Uyuni 02.JPG

 Uyuni 00.JPG

(Uyuni, mai 2014)

 Uyuni 01.JPG

Peut-être les deux seuls bâtiments de la ville à avoir une certaine classe !

 Uyuni 04.JPG

 Uyuni 08.JPG

(Uyuni, mai 2014)

 Uyuni 03.JPG

 Uyuni 06.JPG

Les encadrements de porte ne sont pas nécessairement adapté aux plus grands !

 Uyuni 07.JPG

 Uyuni 05.JPG

 Uyuni 09.JPG

 Uyuni 10.jpg

L'après-midi se termine généralement par la visite du Cimetière de trains d'Uyuni, d'un intérêt très relatif, sauf pour les fanas de locos !

Nous reprendront ensuite la route plein sud pour aller retrouver, alors que le soleil s'est lui déjà couché, notre troisième et dernier gîte...

 Uyuni 11.JPG

 Uyuni 12.JPG

(Uyuni, mai 2014)

 Uyuni 14.JPG

 Uyuni 13.JPG

 Uyuni 15.JPG

(Uyuni, mai 2014)

Les commentaires sont fermés.