Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/10/2013

Les manchots de Magellan, à Punta Tombo

manchot valdes_00.JPG

(Punta Tombo, octobre 2013)

manchot valdes_01.JPG

manchot valdes_03.JPG

Des passerelles permettent aux manchots de circuler sans êtres gênés par les visiteurs.

manchot valdes_04.JPG

manchot valdes_05.JPG

manchot valdes_06.JPG

manchot valdes_07.JPG

Il existe en Argentine une soixantaine de "pingüinera". C'est là que de grandes colonies de manchots prennent chaque année leur quartier d'été ; ils mettent à profit cette période pour s'accoupler et mettre au monde leurs petit, à raison généralement de deux par femelle.

Arrivés en septembre, ils resteront là jusqu'à mars-avril, date laquelle ils retourneront passer l'hiver dans les eaux plus clémentes du sud brésilien.

Ces zones de reproduction sont appréciées des manchots en raison de la compacité du sable qui leur permet d'y creuser des abris où pondre leurs œufs. Ils se réinstallent d'ailleurs souvent dans le même "terrier" année après année !

La "pingüinera" de Punta Tombo, protégée depuis 1979, est la plus grande d'Argentine et vaut absolument le détour. Elle se trouve à environ 100km au sud de la ville de Trelew.

Le sentier qui serpente au milieu de la colonie (avec parfois de petites passerelles afin de ne pas gêner la circulation des palmipèdes) permet de les découvrir sous toutes les coutures ; et aussi dans le vacarme incessant de leur braiement.

Des gaviolas (goélands) et des pétrels survolent continuellement la "pingüinera", et malheur au couple qui aura laissé, ne serait-ce que quelques instants, ses œufs sans surveillance.

manchot valdes_08.JPG

manchot valdes_09.JPG

manchot valdes_11.jpg

Les manchots sont monogames (tout au moins le temps d'une "saison"...)

manchot valdes_10.JPG

manchot valdes_12.JPG

Les oeufs, généralement deux par femelle, sont pondus au début du mois d'octobre. Ils seront couvés à tour de rôle par le couple durant une quarantaine de jours.

manchot valdes_14.JPG

Les manchots de Punta Tombo (comme ceux aperçus sur la péninsule de Valdès) ne craignent visiblement pas l'homme...

manchot valdes_13.jpg

manchot valdes_15.JPG

Plusieurs fois par jour, le couple se relaye pour effectuer le parcours (parfois plusieurs centaines de mètres) jusqu'à la mer afin de s'alimenter.

Comme de nombreux autres oiseaux marins, le manchot peut boire de l'eau de mer sans en être affecté : il expulse l’excès de sel grâce à des glandes situées près du bec...

manchot valdes_16.JPG

manchot valdes_17.JPG

manchot valdes_18.JPG

Pingouins ou manchots ? : comme on se mélange sans cesse les palmes, c'est donc l'occasion d'un petit point d’ornithologie :

- Le terme "Pingouin" désigne en français une seule espèce d'oiseau : c'est le "petit pingouin" ou "alca torda").

Cet oiseau vit dans l'hémisphère nord, de la Bretagne à l’arctique, et il vole, tout comme ses cousins "alcidés" : les mergules, macareux et autres guillemots.

- Le terme "manchot" désigne en français les 11 espèces du genre "sphenisciformes" (auquel appartiennent également 8 espèces de gorfous ou manchots à aigrettes).

Tout les sphenisciformes (manchots et gorfous) vivent dans l'hémisphère sud, et aucun d'eux ne vole !

- C'est le Français Mathurin Brisson qui a proposé au 18ème siècle cette terminologie ; et avouez qu'appeler "manchot" des oiseaux qui ne peuvent pas voler semblait somme toute plutôt logique !

- La confusion vient du fait que les Français sont (pratiquement) les seuls à utiliser ce terme de "manchot" : dans la plupart des autres langues (anglais, espagnol, italien, portugais, russe, etc..), les manchots s'appellent pingüin, pinguin, pingüino, pinguino, pinguim ou penguin...

manchot valdes_19.jpg

manchot valdes_20.JPG

Le manchot de Magellan est un très bon nageur. Il peut atteindre 25 km/h et plonger jusqu'à 75 mètres.

manchot valdes_22.JPG

(Punta Tombo, octobre 2013)

manchot valdes_24.JPG

manchot valdes_23.JPG

manchot valdes_25.JPG(Punta Tombo, octobre 2013)

22/10/2013

La Péninsule Valdés

Valdes baleine franche.jpg

La queue d'une baleine franche australe

(Péninsule Valdès, octobre 2013)

valdes éléphant de mer.jpg

Des éléphants de mer

valdes manchot de magellan.JPG

Un manchot de Magellan

Peninsule Valdès 3.jpg

La Péninsule Valdès se trouve sur la côte atlantique de l'Argentine, à environ mille kilomètres (à vol de goéland) au sud de Buenos Aires.

La présence de milliers de baleines et autres mammifères marins fait ce cette aire protégée d'environ 4000 km² (inscrite au Patrimoine mondial de l'Unesco depuis 1999), l'une des destination incontournable du pays, à l'instar du Parc des Glaciers (et de son fameux Perito Moreno) ou des Chutes d'Iguazu.

Dans les posts qui vont suivre, je vous invite à découvrir les espèces qui peuplent les côtes et l'intérieur des terres, dont principalement :

- les baleines franches australes

- les lions et les éléphants de mer

- les manchots de Magellan

- les guanacos, les nandous et les tatous

valdes lion de mer.jpg

Un lion de mer... et un guanaco

valdes guanaco.JPG

Quand débarquèrent les premiers Espagnols, cette partie de la Patagonie était peuplée par les Tehuelches (ou Patagons) depuis près de 10 000 ans.

Comme partout ailleurs, cette arrivée eut des conséquences désastreuses et les amérindiens furent très vite décimés, moins par les guerres que par des maladies inconnues ici jusqu'alors (variole, rougeole, etc...), apportée par les colons.

Dans la seconde partie du 19ème siècle, le gouvernement argentin, de peur que le Chili voisin ne s’intéresse de trop près à ces immensités patagonnes guère peuplées, choisit d'offrir des terres à 153 colons Gallois, qui débarquèrent en juillet (?) 1865 ; ils fondèrent Puerto Madryn et Rawson, puis, un peu plus tard, Gaiman (1874) et Trelew (1886).

Au tournant du 20ème siècle, il étaient près de 5 000 à vivre dans la région !

Si les touristes sont attirés principalement par les kitschissimes "casa de té" (où l'on peut déguster de traditionnels scones et autres galettes galloises arrosés de thé noir), il n'en demeure pas moins que les traditions ne sont pas uniquement réservées au folklore : la majeure partie des descendants de ces premiers colons parle d'ailleurs encore aujourd'hui le gallois...

valdes nandu.jpg

Un nandou... et un tatou

valdes tatou.jpg

(Péninsule Valdès, octobre 2013)

12/10/2013

La Feria de Mataderos

feria mataderos buenos aires_02.jpg

(Feria de Mataderos, septembre 2013)

feria mataderos buenos aires_01.JPG

feria mataderos buenos aires_03.jpg

Côté artisanat, le choix est vaste : bois, métal (les couteaux sont très prisés), corne, poterie, etc... 

feria mataderos buenos aires_04.JPG

Certains stands proposent des spécialités régionales, d'autres de la cuisine de pays voisins, comme l'Uruguay et le Paraguay.

feria mataderos buenos aires_05.jpg

Charcuteries, fromage, pâtisseries, conserves : du producteur au consommateur...

feria mataderos buenos aires_06.JPG

Tout est prévu pour la petite faim de la mi-journée !

feria mataderos buenos aires_07.JPG

feria mataderos buenos aires_08.JPG

Mataderos est l'un des 48 quartiers de Buenos Aires. Particulièrement excentré (il se trouve à environ 15km de l'Obélisque et il faut donc compter au minimum 45 minutes pour s'y rendre!), sa feria attire pourtant tous les dimanches (et les jours fériés) des centaines d'exposants et des milliers de visiteurs (dont, il faut l'avouer, très peu de "touristes"). En plus d'être éloigné, il est également à proximité de quartiers plutôt pauvres où il n'est pas vraiment recommandé de se perdre !

Ce "barrio" doit son nom aux abattoirs (mataderos) de Buenos Aires qui furent inaugurés ici en 1900. Ces nouvelles installations remplaçaient les précédentes, plus près du centre mais devenues obsolètes. Le quartier de Mataderos était à cette époque à la limite de la campagne et donc idéal pour le transit et la transformation des animaux.

Malgré qu'il y ait encore, sur des dizaines d'hectares, de nombreux corrals affectés à la vente de bétail, Mataderos est surtout devenu aujourd'hui, pour les Porteños qui s'y pressent en masse, synonyme de la parfaite destination dominicale afin de redécouvrir une partie de leurs racines "gauchesques"... et accessoirement passer un bon moment !

C'est en 1986, à l'initiative de Sara Vinocur, qu'est inauguré la fameuse "Féria". Cette passionnée, aujourd’hui encore coordinatrice de l’événement, souhaitait dès l'origine que le maximum de traditions trouvassent ici leur place : la musique, la danse, le chant, les spécialités culinaires, l'artisanat, et tout ce qui avait trait au mode de vie des "gauchos", ces "cowboys" argentins...

La Féria, bien que commerciale, garde cette fraîcheur originelle et l'ambiance y est bien plus sympathique et conviviale (voir ludique) comparée par exemple à celle de San Telmo, beaucoup plus sage !

feria mataderos buenos aires_09.JPG

feria mataderos buenos aires_10.JPG

Dans une des ailes des "abattoirs", un charmant petit musée, au prix d'entrée dérisoire.

Dans cinq ou six salles, un mélange hétéroclite d'objets, de costumes, de maquettes, de tableaux, d'animaux empaillés, ...et j'en oublie !

feria mataderos buenos aires_11.JPG

feria mataderos buenos aires_12.jpg

feria mataderos buenos aires_13.JPG

Depuis la cour du petit musée, on accède à la "pulperia", une fidèle reconstitution (où l'on peut consommer!) de ce qui était autrefois dans les villages, à la fois un bar et une épicerie...

feria mataderos buenos aires_14.JPG

feria mataderos buenos aires_15.JPG

feria mataderos buenos aires_16.JPG

La scène principale accueille tous les dimanches de nombreux groupes venant de tout le pays. La Feria est aussi l'occasion de célébrer des fêtes régionales populaires ponctuelle du calandrier argentin, comme par exemple celle de la Pachamama...

Et au son de l'orchestre, les visiteurs attaquent bien volontiers quelques pas de danse!

feria mataderos buenos aires_17.JPG

feria mataderos buenos aires_18.JPG

feria mataderos buenos aires_19.jpg

pc130379c.jpg

La "carrera -ou corrida- de sortija" (la "course de l'anneau"), trouve son origine dans l'Europe moyenâgeuse, ainsi que chez les Maures.

Le but est d’attraper avec une sorte de stylet un anneau (la "sortija") pendu à un arceau. Traditionnellement, ceux qui réussissaient allait ensuite l'offrir à leur "dame"...

feria mataderos buenos aires_20.JPG

feria mataderos buenos aires_21.JPG

La Féria déborde largement au-delà des stands "officiels", et l'on trouve aujourd'hui un peu de tout sur les pelouses alentours...

feria mataderos buenos aires_22.JPG

(Feria de Mataderos, septembre 2013)

feria mataderos buenos aires_23.JPG

Page officielle de la Feria : ICI

01/10/2013

El Angosto, le village le plus au nord de l'Argentine

El Angosto _02.jpg

(Août 2013)

El Angosto _03.jpg

El Angosto _05.jpg

On aperçoit, à droite de l'image, la piste qui mène à El Angosto...

El Angosto _04.jpg

El Angosto _06.JPG

El Angosto _07.JPG

La voiture a finit par prendre, elle aussi, de bonnes couleurs !

El Angosto _08.JPG

El Angosto _09.JPG

(El Angosto, août 2013)

El Angosto _10.JPG

El Angosto _11.JPG

Nous arrivons maintenant à la fin de ce petit voyage dans le nord-ouest argentin.

El Angosto _01.jpgDepuis Santa Catalina, j'emprunte une dernière piste d'environ 30km qui va me mener jusqu'à El Angosto, le village le plus au nord du pays. A vol d'oiseau, Buenos Aires se trouve à plus de 1600km !

Après un dernier col, une grande et superbe vallée s'ouvre devant moi ; le dénivelé est vertigineux et la piste vraiment étroite ; elle s'arrête d'ailleurs au village ; à peine plus loin, en suivant le rio asséché, commence la Bolivie...

El Angosto se compose de deux petits groupes d'habitations. Ici, pas pas de chambres d'hôte, ni de halte pour se restaurer : le tourisme est inexistant. Il y a une petite église, dont on distingue les briques en adobe et qui attend son prochain ravalement. Les rues sont bien entendu désertes, si ce n'est quelques lamas qui errent en petits groupes, à la recherche de quelque chose à grignoter.

Plus inhabituels, ces nombreux panneaux solaires nous rappellent que le réseau électrique n'arrive pas jusque là...

Je ne resterais qu'une heure ou deux au milieu de ce nulle-part si attachant de quiétude avant d'entreprendre le chemin du retour : 100 km de piste jusqu’à La Quiaca, puis 180 de (bonne) route pour rejoindre mon"camp de base", Huacalera.

El Angosto _12.JPG

El Angosto _13.JPG

El Angosto _14.jpg

(Août 2013)

El Angosto _15.jpg

El Angosto _16.JPG

El Angosto _17.JPG

El Angosto _18.JPG

Et toujours des vigognes, ici comme ailleurs à l'état sauvage...

El Angosto _19.JPG

El Angosto _20.jpg

El Angosto _23.JPG

El Angosto _24.JPG

La Ruta 40 est "La" route mythique d'Argentine ! Comme la "66" au États-Unis ou notre bonne vieille "nationale 9".

La route 40 est, avec ses 5100km, la plus longue du pays, quelle traverse du nord au sud de La Quiaca à Rio Gallagos en Patagonie. J'aurais bien sûr l'occasion de l'emprunter de nouveau (j'en ai déjà parcouru un tronçon aux alentours de Calafate et d'El Chalten), puisqu'elle longe idéalement (à mon goût) la Cordillères des Andes.

Cette nationale, bitumée à seulement 48%, traverse 11 provinces, 20 parcs nationaux et 27 cols andins, à parfois plus de 5000 mètres d'altitude !

El Angosto _21.JPG

(Août 2013)

El Angosto _22.JPG