Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/09/2013

Santa Catalina

santa catalina argentina 02a.jpg

(Santa Catalina, août 2013)

santa catalina argentina 01.JPG

santa catalina argentina 03.jpg

santa catalina argentina 04.JPG

Une église et une école, perdus un peu au milieu de nulle-part !

santa catalina argentina 05.JPG

Des lamas, des moutons, une espèce de flamands pas trés roses, et aussi quelques oies...

santa catalina argentina 06.JPG

La piste qui n'en finit pas...

santa catalina argentina 07.jpg

santa catalina argentina 08.JPG

Une partie de Santa Catalina, au fond de la vallée...

santa catalina argentina 09.JPG

santa catalina argentina 12.JPG

santa catalina argentina 10.JPG

L'église du 17ème siècle et son intérieur très "colonial".

santa catalina argentina 11.jpg

Il me restait encore deux jours à la fin de ce voyage que j'avais largement improvisé.

Comme je m'étais déjà fait les dents sur quelques pistes coriaces (comme par exemple celle qui mène à Iruya), je me sentais maintenant prêt pour aller encore un peu plus loin, et cette fois-ci sans filet : visiter des contrées où les touristes ne viennent pas et où l'on peut rouler des heures durant sans jamais rencontrer personne.

Je jetais mon dévolu sur Santa Catalina, à environ 70km de La Quiaca, où j'espérais trouver le gîte pour la nuit, et rejoindre le lendemain, 30km plus loin, El Angosto, le village le plus au nord de l'Argentine.

(Car contrairement à ce qu’affirme wikipédia, ce n'est pas Santa Catalina qui est la localité la plus au nord ; et toc !)

Je disais "sans filet", car voyager seul, dans une simple voiture de tourisme, sur 100km de pistes à peine recouvertes de "ripio" (une sorte de gravier), passant des cols à 4000 mètres (avec souvent des à-pic vertigineux sur les côtés), sans jamais croiser personne, dans une région et à une époque où les températures descendent allègrement la nuit en dessous de zéro, c'est limite kamikaze !

Il aurait suffit que je crève une fois pour bien me mettre dans la panade (car je suis évidemment nul en mécanique !), puis une seconde fois pour me faire réellement flipper !

Heureusement, tout c'est bien passé...

Arrivé à Santa Catalina, je me suis mis en quête d'un lit pour la nuit. Comme l'une des deux (modestes, très modestes) chambres d'hôtes était fermée, je me suis rabattu sur la seconde. C'était une maison du 17ème siècle, dont les propriétaires, à peine moins âgés que les murs, me reçurent de la façon la plus charmante. Je vous épargnerait le récit de la nuit, où, ayant tellement froid malgré les innombrables couvertures, je me suis relevé pour récupérer mon bonnet en laine de lama (souvenir du Pérou) et me le flanquer sur la tête avant de me rendormir !

Santa Catalina, dont les origines remontent donc au 17ème siècle, fut active jusqu'au début du 20ème, grâce, comme souvent dans la région, au commerce autour de la mine. De larges avenues, assez peu communes les villages de la Puna, nous rappellent d'ailleurs ce "riche" passé...

santa catalina argentina 14.JPG

santa catalina argentina 13.JPG

(Santa Catalina, août 2013)

santa catalina argentina 15.JPG

santa catalina argentina 16.JPG

santa catalina argentina 17.JPG

santa catalina argentina 18.JPG

J'ai eu le plaisir d'assister à un spectacle organisé avec les enfants de la petite école. Il va sans dire que j'étais, cette nuit là, l'unique étranger du village !

Cette fête est en fait la commémoration d'évènements qui se sont déroulés en 1812 : Devant l'avancée des troupes royaliste, le Général Belgrano choisit la politique de la terre brulée ; tout les habitants ont le choix de le suivre, ...ou bien celui de mourir ; des milliers de paysans vont ainsi converger plus au sud, laissant derrière eux leurs maisons en flamme...

On appelle cet épisode "l'Exode de Jujuy"

santa catalina argentina 20.JPG


Les enfants ont, depuis des jours, construit un village en carton.

A la fin de la soirée, ils y mettent le feu (sauf bien entendu à l'église !) reproduisant ainsi symboliquement un moment glorieux de l'histoire de leurs ancêtres...


santa catalina argentina 21.JPG

Ma logeuse ma dit : "pour manger, allez chez Rosa" (ou peut-être Flora, je ne sais plus). C'est en fait l'unique habitante du village qui restaure les touristes égarés !

Ici pas de carte, seulement le plat du jour...

santa catalina argentina 22.JPG

santa catalina argentina 23.JPG

santa catalina argentina 24.JPG

En route pour El Angosto...

santa catalina argentina 25.JPG

(Août 2013)

22/09/2013

Yavi et le Marquisat de la Vallée de Tojo

yavi _01.jpg

(Yavi, août 2013)

yavi _02.JPG

yavi _04.jpg

L’église San Francisco, consacrée en 1680 fut terminée en 1690 ; elle n'a pratiquement pas changée depuis. Elle a la particularité de posséder plusieurs retables magnifiques : deux dans la nef principale et un troisième dans la chapelle des Âmes (réservée aux rites funéraires de la famille marquisale), tous bien sûr abondamment recouverts de feuilles d'or. Certains éléments de cette riche décoration furent apportés directement depuis le Pérou.

Autre particularité de l'église, ses fenêtres, dont les carreaux sont constitués de fines plaques d’onyx...

On trouve enfin quelques tableaux de l'école cusqueña, dont certains de la main de Matías Pizarro, le peintre "officiel" du Marquis.

      yavi _05.JPG

yavi _03.JPG

yavi _06.JPG

yavi _07.JPG

(Yavi, août 2013)

yavi _08.jpg

yavi _09.JPG

yavi _10.JPG

On a un peu de mal à imaginer que Yavi (prononcer "chavi"), petit village presque endormi à quinze kilomètres de La Quiaca, fut à l'aube du 17ème siècle une bourgade puissante et prospère .

Yavi comptait à cette époque près de 3000 habitants, alors qu'à Jujuy (capitale de la province, forte aujourd'hui de 240 000 âmes), ils étaient à peine 2000 !

La population de Yavi se répartissait alors ainsi : 80% "d'indigènes", 18% de créoles et métis, et à peine 2% d'espagnols !

Au 18ème siècle, quand la Vice-royauté du Pérou, qui contrôlait difficilement l'ensemble du continent sud-américain, fut scindée en trois entités, le Marquisat de la Valle de Tojo se retrouva dans l'escarcelle de l'éphémère Vice-royaume du Rio de La Plata, créé en 1776.

Éphémère en effet, car il suffit d'à peine quarante ans et d'âpres guerres menées contre la couronne espagnole pour que le Paraguay, l'Argentine, le Chili et à la Bolivie obtiennent (entre 1810 et 1820) leur indépendance !

Au même moment l'Uruguay gagnait aussi la sienne contre le Brésil, possession portugaise...

yavi _11.JPG

L'hacienda du Marquis de Yavi, contiguë à l'église, est formée d'un quadrilatère d'environ quarante mètres de côté, dont toutes les pièces donnent sur la cour pavée centrale.

yavi _14.JPG

L'hacienda abrite un petit musée historique ainsi qu'une bibliothèque destinée aux villageois.

Sans titre 1.jpg

L’Espagne conféra le titre de Marquis de la Valle de Tojo à Juan José Fernandez Campero y Herrera en 1708. Ce sera le seul et unique marquisat créé sur les terres de la future Argentine !

Il s'étendait de Potosi (en actuelle Bolivie) à San Antonio de Los Cobres, 500km plus au sud. Cet immense territoire était le passage obligé de toutes les marchandises (mais avant tout l'or et l'argent) qui circulaient, via le "Camino Real", du Haut-Pérou jusqu'au Rio de la Plata.

Yavi, résidence principale du Marquis, devint le centre de ce petit empire durant une centaine d'années.

Le quatrième (et avant dernier) Marquis de Yavi, Juan José Campero, choisit de combattre aux côtés des forces indépendantistes ; il fut malheureusement arrêté par les forces royalistes et déporté en Espagne, au moment même ou l'Argentine obtenait enfin son indépendance.

C'en était finit du glorieux marquisat... 

(Les restes de Juan José Campero, mort en exil à Kingston (Jamaïque) en 1820, ont été rapatriés en Argentine en 2010 et reposent aujourd'hui dans la Cathédrale de San Salvador de Jujuy).

Il ne reste maintenant de ce prestigieux passé que quelques larges avenues pavées, une remarquable église et la noble hacienda qui accueille un modeste musée historique ainsi que la bibliothèque du village...

yavi _16.JPG

yavi _15.JPG

yavi _17.JPG

De nombreux ânes dans la Puna vivent à l'état sauvage...

yavi _18.jpg

On trouve entre La Quiaca et Yavi la petite chaîne montagneuse dite des "Sept (ou huit !) Frères".

C'est au pied de cette formation rocheuse (à environ 8km du village) et aux abords de la Laguna Colorada, qu'il est possible d'admirer quelques pétroglyphes (ces derniers sont d'ailleurs assez nombreux dans la région, que ce soit à Yavi Chico ou vers Tres Cruces).

yavi _19.JPG

yavi _20.jpg

(Yavi, août 2013)

yavi _21.jpg

Le site est absolument désert, mais même sans guide, il n'est pas très difficile de retrouver les pétroglyphes : la plupart sont cernés par de petits murs en pierre.

yavi petroglyphes 3.jpg

J'ai recherché sur le Net quelques infos quant à l'origine et la datation de ces pétroglyphes, sans rien trouver de vraiment convaincant, si ce n'est qu'ils sont évidemment antérieurs à l'arrivée des premiers européens...

15) Yavi 44.JPG

yavi petroglyphes.jpg

yavi _33.JPG

Je n'ai rencontré ce jour là à Yavi qu'un seul couple de touristes (argentins), et absolument personne autour des pétroglyphes.

On est bien loin, ici, du tourisme de masse :)

yavi petroglyphes 2.jpg

(Yavi, août 2013)

19/09/2013

La Quiaca, ville frontalière avec la Bolivie

la quiaca argentine_02.JPG

(Août 2013)

la quiaca argentine_01.JPG

la quiaca argentine_03.JPG

la quiaca argentine_05.JPG

La Quiaca se trouve à 3443 mètres d'altitude.

la quiaca argentine_04.JPG

la quiaca argentine_07.JPG

la quiaca argentine_06.JPG

La gare routière est à moins d'un kilomètre de la frontière. Entre les deux, toute la journée (et sous un soleil de plomb), des femmes burinées et sans âge transportent au pas de course leur fardeau !  

la quiaca argentine_09.JPG

Je me dirige encore plus au nord !

Après les quebradas colorées, place maintenant à la puna et ses paysages plats et arides qui semblent si bien convenir aux lamas !

A environ 70km d'Abra Pampa, nous arrivons à La Quiaca, seule ville frontalière avec la Bolivie (dans la province de Jujuy). Nous sommes à près de 2000km de Buenos Aires et à plus de 5000km d’Ushuaïa (par la route) !

La Ville de La Quiaca et ses plus de 10000 âmes est séparée par le Rio du même nom de sa "sœur" bolivienne, Villazón, qui compte elle cinq fois plus d'habitants.

(Presque) Personne ne vient jusqu'ici juste pour son bon plaisir. La ville, totalement inintéressante (d'un point de vue éminemment touristique s'entend) est avant tout la zone d'un intense trafic (dans tout les sens du terme, j'imagine) commercial !

Si quelques "sac-à-dos" égarés arrivent pourtant jusqu'à la gare routière (il n'y a plus de train depuis bien longtemps) c'est simplement pour passer, dans un sens ou dans l'autre, la frontière ; et si quelques-uns poussent jusqu'à découvrir Yavi (à 15km de là), le tourisme régional s'arrête généralement là !

la quiaca argentine_10.JPG

la quiaca argentine_09a.JPG

la quiaca argentine_12.JPG

la quiaca argentine_13.JPG

Au premier plan, au-dessus des arches, le passage pour "piétons" ; il cache celui des véhicules, juste derrière.

De l'autre côté du pont, en Bolivie, les marchandises s'entassent tout au long de la journée...

la quiaca argentine_14.JPG

la quiaca argentine_15.JPG

Côté Argentin, les "équipes" ont apparemment choisi le maillot rouge !

 

 

Deux mini-vidéo du "trafic" sur le pont...

 

 

la quiaca argentine_16.JPG

Même ici (ou surtout ici !), la frontière semble bien étanche : des femmes (encore elles) dévalent la pente en courant, traversent le Rio pratiquement à sec et ralentissent enfin, "arrivées" en Bolivie.

Je n'ai bien sûr pas tout compris de ces manigances, mais il semble évident que certains douaniers se montrent (généreusement ?) très coulants !

la quiaca argentine_17.JPG

la quiaca argentine_18.JPG

 (Août 2013)

15/09/2013

Iruya

iruya 00.JPG

iruya 01.JPG

iruya 03.JPG

En haut des cols, on passe de la province de Jujuy à celle de Salta.

iruya 04.JPG

En cette fin d'hiver, les rios sont à sec et la végétation exsangue.

iruya 05.jpg

Le village d'Iruya (prononcer "iroucha"), accroché à la montagne, tel qu'on le découvre après deux petites heures de piste.

iruya 06.JPG

Les rues sont pavées et en (très) forte pente.

iruya 07.JPG

iruya 09.JPG

iruya 08.JPG

Sur la place principale, en ce jour de fête patronale, se tenait le marché. Les stands proposaient principalement des vêtements, des chaussures et de la quincaillerie, ainsi que quelques spécialités pour se restaurer. Un marché réellement local, où rien n'etait destiné au touriste ! 

iruya 10.jpg

(Iruya, août 2013)

iruya 11.JPG

iruya 12.jpg

iruya 13.JPG

(Iruya, août 2013)

iruya 14.JPG

L'église est pratiquement le seul édifice un peu "élaboré" du village...

iruya 15.jpg

A voir la façon dont les villageois sont habillés, on pense bien sûr plus volontiers à la Bolivie qu'à l'Argentine !

iruya 16.JPG

On trouve, à environ 30 km de Humahuaca, l'embranchement qui mène au village d'Iruya.

Fini l'excellente "ruta 9" et place maintenant, sur une bonne cinquantaine de kilomètres, à une piste un peu trash qui serpente entre les cols, à 4000 mètres d'altitude.

Arrivé à Iruya, un pueblo d'environ mille âmes, la piste s'arrête... définitivement. C'est dire si l'on est un peu au bout du monde !

Des bus viennent pourtant jusqu'ici. Il semble que la localité sache très bien se vendre (une pub Guiness, tournée il y a quelques années y est peut-être pour quelque chose) ; quoiqu'il en soit, les touristes sont de plus en plus nombreux à venir découvrir ce village sans réellement grand intérêt, mais idéalement perdu dans sa vallée, toute minérale.

En ce week-end de fête patronale, j'ai même ramé pour trouver une chambre d'hôtel !

Les origines d'Iruya remontent officiellement à 1753, même si l'on sait que le coin était déjà habité dès le 17ème siècle. La zone est soumise à de régulière secousses sismiques dont la dernière, de magnitude 6,1 sur l'échelle de Richter, eu lieu en 2010.

iruya 17.JPG

iruya 18.JPG

Le lit des rivières, recouverts depuis des mois de poussière, paraissent gris et ternes. Pourtant, il suffit d'un peu d'eau pour alors découvrir une incroyable palette de couleurs.

iruya 19.JPG

iruya 20.JPG

iruya 21.jpg

Des perruches, que je ne m'attendais pas vraiment à trouver par ici !

iruya 22.JPG

iruya 23.JPG

iruya 24.JPG

Les promenades autour d'Iruya, à pied ou à cheval, sont variées, la plus classique étant le petit trek qui mène à San Isidro, un "pueblito" distant d'environ sept kilomètres. Si les véhicules tout-terrain peuvent éventuellement suivre le lit de la rivière durant la saison sèche, il leur est toutefois impossible d’accéder jusqu'au village...

iruya 25.JPG

iruya 27.JPG

(San Isidro, août 2013)

iruya 26.JPG

iruya 28.JPG

Seuls les ânes et les chevaux circulent dans les quelques rues du village.

iruya 29.JPG

(San Isidro, août 2013)

iruya 30.jpg

Tri de "papas"

iruya 32.JPG

iruya 31.JPG

iruya 33.JPG

iruya 34.jpg

Sur le chemin du retour, de nombreuses vigognes...

iruya 36.JPG

Si le ciel est bleu et le soleil impitoyable, il ne faut pas oublier qu'en cette saison, les températures descendent allègrement, la nuit, en dessous de zéro !

iruya 35.JPG

iruya 37.jpg

iruya 38.JPG

(Août 2013)

13/09/2013

Dimanche 15 septembre, marché "français", Plaza de Francia !

marche français buenos aires

12/09/2013

Humahuaca et le fabuleux "Hornocal"

hornocal jujuy argentine_01.JPG

L'Hornocal

Humahuaca_00.JPG

 L’impressionnant monument de l'Indépendance, à Humahuaca

Humahuaca_02.JPG

En bas des marches, la cathédrale et la mairie...

Humahuaca_03.JPG

La "Iglesia de Nuestra Señora de la Candelaria y San Antonio" est l'une des plus anciennes de la Quebrada. Le premier édifice, dont l'origine remontait à 1595, fut détruit lors d'un tremblement de terre en 1873.

L'actuelle église, et son portique plutôt "classique", fut largement remodelée du début du 20ème siècle...

Humahuaca_04.jpg

Juste en face de l'eglise-cathédrale se trouve la "Municipalidad" (ou "Cabildo" : la mairie en quelque sorte) ; C'est un étrange bâtiment construit dans les années 40, mais au même emplacement que les Cabildos qui se succédèrent depuis 1594 !

Les touristes confondent souvent ce bâtiment avec l'église d’à côté, à cause de ses deux tours, de ses cloches, mais surtout de son attraction majeure : un automate aux traits de San Antonio (le saint patron de l'église d'en face, donc !), qui apparait chaque jour à midi, à l'une des fenêtres de l'édifice (en bas à droite sur la photo).

Humahuaca_05.JPG

Humahuaca_08.JPG

(Humahuaca, août 2013)

Humahuaca_09.JPG

Je dois vous avouer que Humahuaca, mis à part sa touche éminemment locale, ne m'a pas beaucoup plus enthousiasmé que Tilcara. Il faut dire que sans le classement de la Quebrada en 2003 par l'Unesco, le village ne serait sans doute pas devenu cette incontournable halte touristique.

Mis à part son église, maintenant cathédrale, son étrange cabildo (la mairie) datant des années 40 et un monument à l'indépendance quelque peu surdimensionné pour une bourgade de cette importance (environ 10000 habitants), rien de vraiment bien extraordinaire ; si ce n'est bien sûr le nombre d'hôtels, de bars et de magasins pour touristes !

J'admets volontiers que l'hiver n'est peut-être pas la saison qui sied le mieux à l'endroit, et que le fraîcheur piquante de la fin d'après midi n'invite pas le touriste à flâner plus que ça !

Humahuaca_10.JPG

Humahuaca_07.JPG

Humahuaca_12.JPG

  La peuplade indigène des "Omaguacas" est à l'origine du nom "Humahuaca"

Humahuaca_11.JPG

(Humahuaca, août 2013)

Humahuaca_13.JPG

Humahuaca_06.JPG

Humahuaca_14.JPG

Humahuaca_16.JPG

Tout au long de la Quebrada, de Jujuy jusqu'à La Quiaca, on retrouve ces rails abandonnés depuis des années.

Une partie du réseau ferré argentin fut démantelé dans les années 90 et offert au privé ; le train Général Belgrano, qui reliait alors Buenos aire à La Bolivie, s'arrête aujourd'hui à Jujuy...

Humahuaca_15.JPG

Humahuaca_17.JPG

Humita ou tamal, je ne sais toujours pas vraiment faire la différence (l'humita est, semble t'il, préparée avec du maïs frais, alors que le tamal l'est avec de la farine de maïs). Le tout peut-être mélangé à plein de choses, puis cuit au bouillon, enrobé de papillotes diverses : feuilles de maïs, de bananier, etc...)

Ce délicieux (mais roboratif) plat traditionnel d'Amérique latine se déguste du Mexique jusqu'au nord-ouest argentin ; il existe donc sous de nombreuses appellations et tout autant de recettes !

Humahuaca_18.JPG

L'autre particularité de Humahuaca, et non la moindre, c'est le quasi désintérêt de son office du tourisme pour ce qui est probablement l'une des merveilles de la Quebrada : la montagne Hornocal.

Les guides papier ne sont d'ailleurs pas en reste : pas un seul mot dans le Routard 2012 ! C'est à n'y rien comprendre, alors qu'une seule petite heure de piste est nécessaire pour accéder à ce coin de paradis.

Si j'ai fait ces 30 (gentils) kilomètres avec une simple voiture de tourisme, c'est que tout le monde peut le faire !

Mauvaise langue, j'ai même pensé un instant que les tours-opérateurs préféraient faire cracher le touriste au bassinet des échoppes colorées du village, plutôt que de leur offrir cette vision féérique, où, malheureusement heureusement, aucun bus ne mène...

Si vous passez dans le coin, n'hésitez pas à faire le détour !

hornocal jujuy argentine_02.JPG

Une route légèrement sinueuse, mais tout a fait praticable, conduit jusqu'à un joli point de vue sur l'Hornocal.

hornocal jujuy argentine_05.jpg

hornocal jujuy argentine_04.jpg

hornocal jujuy argentine_03.JPG

L'Hornocal se dresse entre 4000 ou 4700 mètres d'altitude (selon les sources) !

hornocal jujuy argentine_06.JPG

(Hornocal, août 2013)

hornocal jujuy argentine_07.JPG

hornocal jujuy argentine_08.JPG

hornocal jujuy argentine_09.JPG

hornocal jujuy argentine_10.JPG

hornocal jujuy argentine_10a.JPG

Mon 2x2 à moi !

hornocal jujuy argentine_11.JPG

hornocal jujuy argentine_13.jpg

hornocal jujuy argentine_14.JPG

hornocal jujuy argentine_15.JPG

(Hornocal, août 2013)

07/09/2013

Casabindo, le 15 août : Vierge, Pachamama et "toreo de la vincha"

 casabindo 2013 toreo vincha_02.jpg

(Casabindo, 15 août 2013)

casabindo 2013 toreo vincha_01.JPG

casabindo 2013 toreo vincha_03.jpg

L'église de l'Assomption de Casabindo compte quelques "angeles arcabuceros" de l'école de Cuzco, les seuls existant en Argentine, avec ceux de l'église d'Uquia.

casabindo 2013 toreo vincha_04.jpg

casabindo 2013 toreo vincha_05.JPG

casabindo 2013 toreo vincha_06.jpg

casabindo 2013 toreo vincha_07.JPG

(Casabindo, 15 août 2013)

casabindo 2013 toreo vincha_08.JPG

casabindo 2013 toreo vincha_09.JPG

Dans un mélange de rituel païen et religieux, on retrouve à l'église, ainsi que dans la procession, ces quartiers d'agneau fraîchement équarris !

casabindo 2013 toreo vincha_12.jpg

casabindo 2013 toreo vincha_10.JPG

Parmi les costumes traditionnels, ces atours en plume de suri, un cousin du ñandú

casabindo 2013 toreo vincha_11.JPG

Un officiant, portant un masque de taureau, attaque (symboliquement) la foule afin qu'elle laisse passer la procession.

casabindo 2013 toreo vincha_13.jpg

casabindo 2013 toreo vincha_14.JPG

A peine discernable sur la photo, l'erke, un instrument traditionnel de la région (sorte de corne) qui peut mesurer jusqu'à 5 mètres de long !

casabindo 2013 toreo vincha_15.jpg

Pour être franc, je vous avoue que je ne sais toujours pas laquelle d'entre-elles est la "Virgen de Casabindo" !

casabindo 2013 toreo vincha_16.JPG

casabindo 2013 toreo vincha_17.jpg

casabindo 2013 toreo vincha_18.jpg

Chaque 15 août, un petit village perdu au fin fond de la Puna, à 50 km de piste d'Abra Pampa (et non 120 comme il est trop souvent écrit !), devient l'épicentre de la province de Jujuy.

Ce jour-là, des centaines de voitures convergent vers Casabindo dont l'église, inversement proportionnelle au nombre d'habitants du "pueblito" (moins de 200 âmes), est souvent surnommée "la cathédrale de la Puna" !

Casabindo se trouve sur l'antique chemin de l'inca (celui "de la montagne", qui menait, sur près de 5000 kilomètres de Quito (en Équateur) jusqu'à Mendoza). Le village "espagnol" date du début du 16ème siècle (1535 ?) et l'actuelle église de l'Assomption de 1722...

Les célébrations du 15 août à Casabindo s'articulent, pour faire court, en trois temps . D'abord les messes, bien sûr, qui commencent dès la veille au soir ; ensuite la procession, qui promène la Sainte (accompagnée d'autres saints patrons ou reliquaires d'alentours) à travers le petit village, le tout avec moult danses, chants et musique ; enfin, pour finir la journée, vient la partie sans doute la plus prisée par les touristes qui affluent chaque année de plus en plus nombreux : "el toréo de la vincha", l'unique manifestation taurine en Argentine.

Âmes sensibles, rassurez vous : il n'y a pas de mise à mort ! Les valeureux toreros d'un jour se contenteront (ce qui n'est déjà pas rien) d'essayer d'attraper le bandeau orné de vieilles pièces d'argent (la "vincha) qui se trouve entre les cornes des taureaux, afin d'aller le déposer au pied de la sainte patronne du Village.

Après une journée de folie, au son des fanfares, des pétards et des cris des aficionados, étourdis par les danses et les mouvement de la foule, par toutes ces couleurs bigarrées, enivrées d'effluves d'humitas et autres tamales, les visiteurs quittent peu à peu la village...

Une longue file de voiture se reforme sur la piste, dans un nuage de poussière visible à des kilomètres à la ronde, laissant Casabindo retomber dans une quasi léthargie pour une nouvelle année...

casabindo 2013 toreo vincha_20.JPG

(Casabindo, 15 août 2013)

casabindo 2013 toreo vincha_19.JPG

casabindo 2013 toreo vincha_21.JPG

casabindo 2013 toreo vincha_22.jpg

Entre la procession et "el toreo", ont lieu de nombreuses "interventions" : on profite du phénomène "Casabindo" : musiciens régionaux, messages politiques subliminaux, poèmes d'enfant du village, le tout est proposé un peu en vrac...

casabindo 2013 toreo vincha_23.JPG

casabindo 2013 toreo vincha_24.JPG

casabindo 2013 toreo vincha_25.JPG

Les taureaux sont prêts ; place à la démonstration !

casabindo 2013 toreo vincha_26.JPG

casabindo 2013 toreo vincha_27.JPG

casabindo 2013 toreo vincha_28.JPG

Des tribunes ont été dressées sur deux côtés de "l'arène".

Sur les deux autres, les aficionados sont simplement perchés sur les murs...

casabindo 2013 toreo vincha_29.JPG

casabindo 2013 toreo vincha_30.JPG

Pour être franc, il faut admettre que les toreros sont, ce jour là, tout aussi amateurs que les taureaux !

Pour ce qui est du premier taurin a entrer dans "l'arène", c'était plutôt le toréro qui lui courrait après, espérant le pousser à l'offensive !

Une fois bien énervé, le taureau est enfin entré dans son rôle...

casabindo 2013 toreo vincha_31.JPG

casabindo 2013 toreo vincha_32.jpg

La tradition "del toreo de la vincha" remonte au 18ème siècle. Elle perpétue l'histoire (ou la légende) de Quipildor, un indien qui se serait soulevé contre les Espagnols. Ces derniers, pour le punir, décidèrent de le faire mettre en pièce, au milieu de la place et devant tout le village, par deux taureaux aguerris.

Devant l'inhabituelle apathie des bestiaux, les espagnols placèrent alors entre les cornes d'un des animaux le bandeau de l'indien aux couleurs de son clan.

Par fierté, et bravant le danger, Quipildor réussit toutefois à récupérer sa "vincha"; mortellement blessé, il se traîna néanmoins jusqu'à l'église où, tout en demandant le pardon pour ces bourreaux avant de mourir, il déposa le bandeau au pied de la Sainte Vierge.

casabindo 2013 toreo vincha_33.JPG

casabindo 2013 toreo vincha_34.jpg

(Casabindo, 15 août 2013)

casabindo 2013 toreo vincha_35.jpg

casabindo 2013 toreo vincha_36.JPG

casabindo 2013 toreo vincha_37.jpg

casabindo 2013 toreo vincha_38.jpg

casabindo 2013 toreo vincha_40.jpg

casabindo 2013 toreo vincha_39.jpg

casabindo 2013 toreo vincha_41.jpg

(Casabindo, 15 août 2013)

05/09/2013

Tilcara et son "pukara"

tilcara_07.jpg

(Tilcara, août 2013)

tilcara_04.JPG

tilcara_01.JPG

Toutes les maisons du village sont de plain-pied.

tilcara_02.JPG

L’église Notre-Dame du Rosaire.

tilcara_03.jpg

tilcara_05.JPG

Tilcara est l'un des trois villages (avec Purmamarca et Humahuaca, qui concentre l'essentiel du flot touristique de la vallée. A part son église et trois petits musées, rien ne le distingue vraiment des autres, si ce n'est son "pukara" (village pré-hispanique), l'un des mieux préservé et réhabilité de la quebrada...

tilcara_06.JPG

tilcara_08.JPG

"Llama a la Provenzale" !

tilcara_09.JPG

tilcara_10.JPG

Les pierres ne sont utilisées que pour les fondations ; le reste de la construction est généralement en briques d'adobe...

tilcara_11.JPG

(Tilcara, août 2013)

tilcara_12.jpg

tilcara_15.jpg

Gelées colorées !

tilcara_14.JPG

tilcara_16.JPG

On trouve dans le nord-ouest argentin (tout comme au Pérou et en Bolivie), une incroyable variété de papas andinas (pommes de terre).

tilcara_13.JPG

tilcara_18.JPG

tilcara_17.JPG

pucara de tilcara_06.JPG

Bien que "pukara" signifie "forteresse" en quechua, ces villages d'avant la conquête espagnole avaient un rôle éminemment plus stratégique que défensif : leur situation en hauteur permettait avant tout le contrôle du commerce qui transitait par la Quebrada de Humahuaca...

Le Pukara de Tilcara, construit par les Omaguacas, indiens de la tribus des Tilcaras (!), s'est développé du 9ème au 15ème siècle, avec quelques aménagements à partir de la conquête inca (bâtiments administratifs ou destinés aux rituels).

A son apogée, le village comptait plus de 1500 habitants !

Après l'arrivée des espagnol, il fut peu à peu déserté, avant de devenir un champs de ruines. Des fouilles eurent lieu au début du 20ème siècle, mais ce n'est qu'à partir des années cinquante que fut entrepris le vaste travail de réhabilitation du site.

pucara de tilcara_01.JPG

Le Pukara domine de 60 mètres le village de Tilcara, qui se trouve juste de l'autre côté.

pucara de tilcara_02.JPG

Le monument aux archéologues qui restaurèrent le site.

pucara de tilcara_03.JPG

pucara de tilcara_04.JPG

pucara de tilcara_05.JPG

pucara de tilcara_07.JPG

Les toits sont constitués de bois de cactus (qui ne manque pas par ici !), puis recouverts de terre.

pucara de tilcara_07a.JPG

pucara de tilcara_08.JPG

D'un côté de la butte, la fameuse "Ruta 9" qui mène (sur près de 2000 km) de Buenos Aires jusqu'en Bolivie ; de l'autre le Rio Grande (presque à sec en hiver) qui serpente tout le long de la Quebrada de Humahuaca.

pucara de tilcara_09.JPG

(Tilcara, août 2013)

03/09/2013

Le rituel des offrandes à la Pachamama

Pachamama argentine_02.jpg

La fumée des cigarettes et celle de l'encens éloignent les mauvais esprits

06) Pachamama_01.jpg

J'ai eu la chance (et le privilège), lors de mon séjour dans le nord-ouest argentin, d'être invité à une "Pachamama".

Cette célébration, portée par les communautés Quechuas et Aymaras et héritée de leurs ancêtres d'avant la colonisation, est toujours très vivace dans toute la Cordillère des Andes, de l’Équateur au nord de l'Argentine et du Chili, en passant bien évidemment par le Pérou et la Bolivie.

En Argentine, elle est surtout présente dans la région Jujuy .

Si la date officielle de cette fête (que l'on appelle aussi Challa, Ch'alla, Challaco ou Pago) est fixée au 01 août, elle se déroule dans les faits tout au long du mois (et même parfois une fois par mois tout au long de l'année dans certaines régions !). Chaque cérémonie peut-être initiée par une famille, une communauté, un village, une institution, ou tout simplement un groupe d'amis : on peut, par exemple, participer à une ou plusieurs fêtes puis rendre l'invitation en la réalisant chez soi à son tour.

La Pachamama est la déesse-terre ; déité majeure et incontournable de la cosmogonie andine. Elle est essentiellement associée à la fertilité et à la protection, un peu comme la Gaïa des Grecs. Elle est considérée comme l'être vivant à la base de tout : de l'homme, du monde animal, végétal ou bien minéral. A partir du 16ème siècle et de l'arrivée du christianisme, le culte de la Pachamama est très vite associé, par syncrétisme, à celui de la Vierge Marie.

La cérémonie consiste donc à la fois à remercier la Pachamama pour les bienfaits de l'année écoulée, mais aussi à s'allier ses bonnes grâce pour la nouvelle année qui commence (le mois d'août marque en effet de ce côté du globe la fin de l'hiver) ; en espérant en premier lieu suffisamment de pluie, ainsi que de bonnes récoltes futures...

Elle implique également, outre la générosité, un acte de réciprocité. C'est ainsi qu'après le rituel d'offrandes à la Pachamama, c'est au tour des hommes de profiter de ses bienfaits et de partager entre eux un bon repas... bien arrosé !

Chaque région, chaque famille adapte le rituel à sa façon et les "offrandes" sont à la discrétion du "maître de cérémonie", ou de l'hôtesse, dans notre cas.

Pachamama argentine_03.jpg

Encens et laine de lama

Pachamama argentine_04.JPG

(Tilcara, août 2013)

Pachamama argentine_05.jpg

Au premier plan, les feuilles de coca qui sont, dans la région, loin d'être réservées à l'usage exclusif de la Pachamama !

Pachamama argentine_06.jpg

Papas andines, empanadas, fromage et eau bénite !

Pachamama argentine_07.jpg

Pachamama argentine_08.jpg

Pachamama argentine_09.JPG

Un large trou est creusé dans la terre à un endroit symbolique, par exemple sous un arbre centenaire, ou bien à un point haut (généralement au même emplacement que l'année précédente). Ce trou, que l'on désigne par le terme de "boca" (la bouche) est en quelque sorte, tout aussi symboliquement, le chemin qui mène au centre de la terre.

Après avoir purifié l'air à l'aide de fumée pour éloigner les mauvais esprits (on se sert d'encens et de cigarettes, allumées et plantées dans le sol), les participants vont chacun à leur tour (en général par petit groupe de deux ou trois, amis, couple, famille), s'agenouiller au bord du trou puis, les mains jointes, y verser "religieusement" les "nourritures terrestres" que leur passe l'officiant.

Dans notre cas le menu était plutôt complet : Des empanadas, du ragoût de viande, du fromage, des légumes et des fruits, des graines de quinoa et bien entendu beaucoup de feuilles de coca ! Côté boisson, la Pachamama était aussi à la fête : du vin blanc et du vin rouge, de la bière et de l'alcool presque pur. Ce jour là il y avait même une fiole d'eau bénite en provenance directe de Lourdes !

Il est possible de faire des vœux au cours de ce repas offert à la Pachamama, ou bien de déposer au fond du trou de petits de cartons colorés symbolisant chacun une demande de promesse pour l'avenir.

Une fois que tout les participants ont fait leurs "offrandes", toute la nourriture et les boissons restantes sont alors déposées dans la "boca" : on ne garde en effet rien pour soi, tout ce qui a été préparé pour la Pachamama se doit de lui revenir !

Le trou est rebouché, puis recouvert de tous les récipients à présent vides.

Place alors à la fête : on sort les cotillons (principalement des serpentins et des confettis, vendus dans de petits sachets pour l'occasion) et l'on chante une ou deux chansons traditionnelles avant de se diriger vers la grande tablée, afin d'y déguster les plats apportées par tous les convives...

Pachamama argentine_10.jpg

(Tilcara, août 2013)

Pachamama argentine_11.jpg

Pachamama argentine_12.jpg

Pachamama argentine_13.jpg

La "boca"

Pachamama argentine_14.jpg

On place de petites figurines en guise de vœux

Pachamama argentine_15.jpg

Pachamama argentine_16.jpg

On rebouche le trou...

Pachamama argentine_17.jpg

La "boca" est recouverte de tous les plats vides

Pachamama argentine_18.JPG

Confettis et serpentins

Pachamama argentine_20.jpg

Pachamama argentine_19.jpg

Une mini mini vidéo du chant qui clos généralement la cérémonie

Pachamama argentine_21.jpg

Place à la fête... des humains !

Pachamama argentine_22.jpg(Tilcara, août 2013)